facebook youtube twitter

Test de Xenogears

par F.A.T.E

logo
Notation
 Scénario
19
 Gameplay
16
 Graphismes
13
 Musique
17
 Durée de vie
16
Xenogears, c'est l'histoire d'un jeu vidéo hors du commun, à jamais culte pour beaucoup, dont le public Européen n'aura encore jamais vraiment eu connaissance, si ce n'est par le biais de l'import. Repoussant les limites de l'impact que peut avoir un jeu sur le joueur, Xenogears se pose en OVNI et décolle aussitôt, dès la partie lancée.
« New Game »

Scénario

Nous somme en 4767, l'Eldridge, un énorme vaisseau inter-planétaire souffre soudain d'un dysfonctionnement. Sur tous les écrans d'affichage apparaît le message suivant: « You shall be as God », au moment même ou quelque chose semble prendre possession du vaisseau. Alors que le programme d'évacuation est mis en place, les canons de l'engin se retournent contre lui-même et tuent les passagers comme les membres de l'équipage.
Face à cette catastrophe, le capitaine n'a plus qu'une seule solution: Enclencher l'auto destruction.
Les débris de l'Eldridge s'écrasent sur une planète voisine.
C'est alors qu'« Elle » se dresse parmi les décombres...

Une fois la cinématique d'introduction consommée, on retrouve Fei, un jeune homme de 19 ans passionné d' Arts Martiaux et de peinture, à Lahan, le village dans lequel un homme l'a abandonné 3 ans plus tôt. Nous sommes en 9999. N'ayant aucun souvenir de son passé, Fei passe sa vie de manière plus ou moins paisible avec ses amis, tels que Timothy, Dan et Alice...
Pour ce qui est de la suite de l'histoire, je ne dirai rien étant donné que les plot-twists interviennent très vite!
Après une ouverture riche en rebondissements, Xenogears ne s'arrête jamais. En effet, on se trouve ici face au meilleur scénario qu'il m'ait été donné de voir dans un RPG, aux côtés de Chrono Cross. Si le premier CD possède une intrigue somme toute assez efficace, il faudra attendre le deuxième disque pour comprendre à quel point la trame de Xenogears est complexe, et plus simplement géniale, grâce au génie de Kato et Takahashi.

Pour rentrer dans les détails, le CD1 sert en grande partie d'ouverture au synopsis général du jeu, il est très bien structuré et plonge le joueur dans une aventure qui, sous des abords « classiques » (cela est relatif, puisque plus d'un RPG ne tient pas le rythme ne serait-ce que face au premier disque de Xenogears), se révèle profonde et parfaitement cohérente. J'entends par « classique » le fait que vous en apprendrez principalement plus sur le continent d' Ignis lui-même que sur le rôle de certains personnages, mais ce n'est en rien un mal puisque ce début d'aventure permet de s'attacher extrêmement rapidement aux personnages principaux qui sont finement travaillés, et pour la plupart très surprenants! Ce dont il faut se méfier avec le CD1, c'est justement des apparences, puisque chaque détail aura son importance quand à la détermination de la suite de l'aventure, que ce soit au niveau de certaines scènes ou de certains alliés...Surtout, ne doutez jamais de la montée en puissance du scénario, d'autant que Xenogears est un jeu peu avare en rebondissements, et qu'à peu près toutes les 2 heures de jeu (même au CD1) vous aurez droit à une relance très prenante de l'histoire. Passé un certain stade du CD1 (Babel Tower), accrochez vous puisque la trame générale va vraiment commencer à se complexifier, à s'accélérer, et certaines inattentions de la part du joueur pourront s'avérer problématiques pour la compréhension de la suite!

Par « suite » j'entends bien sûr, le second disque, celui de toutes les révélations. Soyons francs, scénaristiquement parlant il est quasiment impossible et improbable de faire mieux. Au delà de son aventure épique et parfois  abusivement  complexe, Xenogears nous offre d'importantes réflexions et références philosophiques. Si ce dernier point se retrouve dans le nom de nos personnages, de certains lieux, l'intérêt se cache également dans son rapport permanent avec le synopsis, qui mêle bien souvent des références religieuse avec des retournements de situations époustouflants. En plus de traiter certains thèmes très rares (voire jamais vus) dans un jeu de rôle, Xenogears le fait avec magnificence et sans jamais entrer dans une niaiserie simplificatrice: on sent à tout instant une recherche énorme pour faire du scénario de ce jeu une référence, et autant le dire tout de suite, c'est accompli de bien belle manière. Certains d'entre vous se découvriront peut-être une passion pour Freud, qui sait. Au passage, la censure a bien sûr été de rigueur aux US, ainsi, l'organisme appelé « Église » dans la version Originale est rebaptisée en Ethos, chez nos confrères américains! Vous comprendrez sans doute l'origine de cette censure en jouant...Critique sociale et débat philosophique (avec la Wave Existence, etc...) sont des éléments majeurs de Xenogears.

Qu'il s'agisse de Fei, Elly, Shitan ou des autres intervenants, le travail sur la personnalité des alliés est énorme, puisque vous croiserez énormément d'individus dans la trame de Xenogears, et du côté des « Méchants » comme des « Gentils », il n'y a quasiment aucun protagoniste décevant (hormis Chu Chu peut-être, mais bon, vous comprendrez en jouant!), on s'attache à tout le monde et le destin de chaque personnage (ennemi comme allié) nous intéresse au plus haut point et nous motive perpétuellement à continuer pour en savoir plus sur eux. Mention spéciale à Fei, Ramsus ou Krellian qui sont des protagonistes réellement cultes. Ne comptez également pas croiser énormément de cliché au cours de l'aventure, ce ne sera quasiment jamais le cas, étant donné que Xenogears évite toute facilité au niveau scénaristique, ainsi que les stéréotypes habituels.

En résumé, si il y avait un bémol à apporter à la trame de Xenogears, elle concernerait le CD2, au cours duquel les évènements sont tout de même trop condensés, ainsi que l' Ending vite expédié. Mais pas d'inquiétude à avoir, pour les plus perfectionnistes d'entre vous, existe justement le « Perfect Works », œuvre qui donne tous les détails possible et imaginable sur la trame de Xenogears (et au delà) pour combler certaines lacunes provoquées parle bâclage du second disque. La complexité de la trame pourra aussi en rebuter plus d'un, et il est vrai que de manière générale, on se retrouve facilement perdu sur la seconde partie de l'aventure, la faute à des révélations trop denses, et pas forcément évidentes à saisir du premier coup, surtout pour les anglophobes!
 
Xenogears Xenogears Xenogears
 

La Traduction:Xenogears n'est sorti qu'au Japon et en Amérique, il existe toutefois une traduction par Deus Ex Machina (FR), pour ceux qui sont vraiment allergiques à l'anglais. J'ai personnellement fait le jeu en version US, et j'avoue que la traduction américaine est très convaincante mis à part au niveaux des noms de certains lieux/persos, qui n'ont pas été respectés et sont tout de même importants du point de vue références. (voire révélations, pour l'un d'entre eux).

Gameplay
 
Le Gameplay de Xenogears est un peu particulier concernant les affrontements, puisqu'il se montre innovant tout en gardant les bases de système au tour part tour. Les plus perspicaces d'entre vous remarqueront que Chrono Cross a d'ailleurs en partie hérité du système de bataille de Xenogears, en y apportant des corrections/modifications, bien évidemment.

Il faut tout d'abord distinguer les combats à pied, des combats en Gears.

Combats à pied:
 
Lorsque un pugilat aléatoire se déclenche, vous vous retrouvez dans l'habituelle arène de combat.
C'est alors que Xenogears réserve son lot de subtilités, comparé à un simple Tour par Tour...
Tout d'abord, vous bénéficiez de 7 points d'actions (au début du jeu, de 4 seulement), qui vont vous permettre d'attaquer en les dépensant à votre loisir lorsque votre tour viendra. Une fois le tour commencé, vous pouvez choisir d'attaquer selon 3 manières:

X - Coup fort- Fortes chances d'échec. Coût : 3 Points.
carre - Coup moyen – Chances d'échec normales. Coût : 2 Points.
triangle - Coup faible- Quasiment aucun échec. Coût: 1 Point.

De cette manière, dans mon tour, je peux utiliser X, puis carre, triangle = 3+2+1 = 6pts, il me restera alors 1 Point d'action, que je pourrai réutiliser en faisant un coup faible (triangle), ou stocker dans le but d'enchaîner les DeathBlows.
 
Les DeathBlows caractérisent des techniques spéciales, des enchainements, que les personnages apprennent au fils des combats (avec un cap de niveau requis tout de même). Dans mon exemple, j'ai parlé d'un enchainement X, carre, triangle, triangle. Sachez que lorsque vous réalisez ce genre d'enchainement, la progression du DeathBlow associé augmente (vous pouvez la consulter dans le menu). A force d'exécuter cet enchainement précis, vous débloquerez le DeathBlow qui lui est lié. Dès lors, il se déclenchera à la fin de votre enchainement lors d'un affrontement! Ainsi, une fois le DeathBlow acquis, si je recommence X, carre, triangle, triangle, mon protagoniste exécutera en suivant une attaque surpuissante, le fameux DeathBlow! Les combinaisons de touches sont nombreuses, et l'aventure vous obligera à combattre assez souvent, si vous voulez obtenir tous les DeathBlows.
Il est également possible, comme je l'ai dit, d'économiser les points d'actions (max: 28) qu'il reste à la fin de votre tour pour activer les Combos de DeathBlows. Vous pourrez alors choisir une suite de Deathblows à lancer sur votre adversaire sans interruption!
 
 Xenogears Xenogears Xenogears
 
Exemple pour Fei, qui pourra utiliser Hagan, Hoten et Tenbu à la suite, etc...
Concernant la gestion des Objets, des Skills, pas grand chose de nouveau...

Combats en Gear:

Ces derniers sont assez similaires à vos affrontement « à pied » mais disposent de quelques subtilités qui changent grandement l'expérience de jeu d'une phase à l'autre. Tout d'abord, lors de vos attaques (suivant triangle, carré ou X), vous êtes limités par votre consommation de Fuel qui diminuera à chacune de vos actions lors de la bataille.
 
On rappelle: 
triangle
=10 Fuel

carre =20 Fuel
X =30 Fuel

Ici, pas question d'enchainer les coups avec les points d'actions, vous n'en avez pas, du coup vous ne lancez qu'une attaque par tour(un Coup X par exemple). Une fois cette attaque effectuée vous passez au niveau 1 d'attaque (le combat débute à 0). Selon les DeathBlows débloqués par vos personnages, vous pourrez alors utiliser une technique spéciale de niveau 1,2,3 voire « Infini » (chaque technique correspond au Gear d'un unique personnage, il y en a donc beaucoup pour chacun!). Dès que la technique est utilisée, vous retombez au niveau 0. Si vous êtes au niveau 1 et que vous souhaitez passer au 2, il suffit alors de lancer une attaque simple en suivant après le niveau 1, etc...En fait, la principale difficulté des combats en Gear vient de la gestion du Fuel qui disparaît très rapidement lorsque l'on utilise quelques Options Spéciales comme le Frame HP! Et se régénérer en Fuel s'avère très laborieux, à moins d'être en « Infini », et d'avoir l'item du magasin de Big Joe, accessible juste avant le donjon final.
 
Xenogears Xenogears Xenogears
 
De toutes manières, la difficulté du jeu est faible, mais tout de même en dent de scie, avec deux ou trois passages très difficiles si l'équipement n'est pas constamment « actualisé » (ou les DeathBlows).

Les phases d'exploration n'ont rien de particulier, hormis le défaut de ne pas toujours être faciles à gérer lors de petits passages de plateforme, la caméra n'aidant pas vraiment le joueur. Certains noms comme « Babel Tower » font encore frissonner plus d'un joueur, tant la progression y est poussive et clairement mal gérée.
Les menus sont simples d'accès et plutôt sobres, un bon point.

Xenogears
 
Graphismes

 A l'époque de sa sortie, en 1998, Xenogears n'était déjà pas vraiment au top question graphismes, et il a beaucoup souffert de ses lacunes techniques. En effet, le mélange « Sprites en 2D/Environnement en 3D » n'a pas plus à tous, surtout dans la sens où l'on a ici souvent affaire à une « bouillie de pixels » concernant nos personnages, hors phase de combat. Le style des sprites est assez souvent grossier, et il faudra un certain temps pour s'habituer au rendu du jeu. D'autant plus que les zooms sont particulièrement nombreux, et « nocifs » pour vos yeux!

Concernant les environnements en 3D, ils sont honnêtes (mention spéciale à la carte du monde qui est très réussie), voire jolis, mais le principal problème tient au fait qu'on est jamais vraiment surpris ou « ébahis » vis à vis de l'architecture ou de la structuration de tel ou tel endroit, hormis 2 ou 3 passages qui retiennent l'attention, mais au final, rien de transcendant. Les textures ne sont pas toujours très propres de ce côté là, notamment au début de l'aventure.

Le résultat est tout de même nettement plus convaincant en combat, puisque nos protagonistes bénéficient de sprites remodelés et bien plus réalistes, qui se fondent bien avec le background. Les effets spéciaux sont en tous cas particulièrement réussis, et certaines attaques spéciales s'avèrent plus qu' impressionnantes, notamment les dernières techniques des Gears!
On relève également un légère différence d'approche en combat, selon que vous soyez à pied, ou en Gear, puisque ces derniers sont modélisés en 3D. Quoiqu'il en soit, la réalisation est honnête quel que soit le mode de combat, et il n'y a pas vraiment à se plaindre de ce côté là, même si on pouvait s'attendre à mieux, notamment pour l'animation, aucun doute là dessus.
C'est vrai qu'on peut pester sur le fait que le support n'était pas vraiment des plus adaptés à un jeu aussi « ambitieux » (dans le sens positif du terme) que Xenogears, puisque la mise en scène a tendance à saccager certains passages forts de la progression.

Ajoutons toutefois que le jeu est ponctué de quelques séquences animées, qui, bien qu'elles ne soient pas légion, sont toutes extrêmement réussies, notamment grâce au talent des animateurs de Ghost In The Shell. Inutile de préciser qu'on se retrouve la plupart du temps en extase devant ces passages.
On en aurait tout de même aimé plus, puisque ces séquences sont principalement compactées au début et à la toute fin de l'aventure...
 
Petite précision concernant le chara designer, Kunihiko Tanaka qui a fait des merveilles sur le soft, puisque qu'esthétiquement parlant les protagonistes sont tous extrêmement agréables à l'œil, diversifiés, enfin bref, une réussite totale.

 Xenogears Xenogears Xenogears
 
Musiques

Quel plaisir de retrouver Yasunori Mitsuda (Chrono Trigger, Cross, Shadow Hearts, Xenosaga...) sur Xenogears! Force est de constater que l'OST du jeu est d'excellente facture, bien qu'il aurait été souhaitable d'avoir un peu plus de pistes. On retrouve un travail tout de même assez différent de celui effectué sur Chrono Cross quelques temps après, bien que sur 2 ou 3 pistes on ressente fortement la patte Mitsuda (l'utilisation de certains chœurs rappellant Dragon God ect...), on remarque que le titre de certaines pistes est identique entre les 2 jeux, bien que la mélodie n'ait rien à voir.

Le thème de bataille Stage Of Death est excellent, puisqu'il monte rapidement en puissance et ne s'avère pas lassant, bien qu'on aurait apprécié que Flight devienne également un Battle Theme au cours du jeu (c'est une musique vraiment sous-exploitée dans l'aventure).
Pour les boss nous avons Knight Of Fire qui a un côté assez « martial » ainsi que Steel Giant, plus nuancée mais tout aussi prenante.
Le thème du boss de fin Awakening est vraiment un de mes thèmes favoris pour un Final Battle, non pas qu'il soit extrêmement original, mais l'utilisation des chœurs passé la première minute est magistrale, cette piste possède réellement une ambiance de folie, entre mélancolie et lutte désespérée, à écouter!

Concernant les musiques d'ambiances, elle sont pour la plupart réussis et on retiendra plus précisémment Omen, Tamuz: Man of The Sea, The Treasure Which Cannot Be Stolen, Ship Of Regret and Sleep,The One Who Is Torn Apart, Graaf: Emperor of Darkness, The Blue Traveller, Shebat: The Wind Is Calling, Emotions (thème de la map),Lost: Broken Shards, The Wounded Shall Advance Into The Light (le moment où elle est utilisée fin cd1...), June Mermaid....

L'Ending Theme vaut le détour: Small Two Of Piece.

Les cinématiques en DA sont doublées, dommage que la synchronisation soit à la ramasse sur la version US.

Xenogears Xenogears Xenogears
 
Durée de vie

Xenogears est un jeu dont la trame principale est longue, en guise d'exemple, il m'a fallu 65 heures pour finir le jeu et accomplir les quêtes optionnelles, qui sont quasiment inexistantes, précisons le (en 2 heures à peine c'est fini). On peut donc tabler sur 55-60h de durée de vie, ce qui est vraiment excellent. Le CD1 est sans conteste le plus long, il m'a personnellement pris 50h, alors que le 2 est clairement bâclé.
Voilà un point sur lequel j'aimerai revenir, le CD2, et son « traitement ».

Passé la fin du CD1 ne vous attendez plus à continuer les longues séances de Gameplay du premier disque, c'est quasiment terminé, mis à part 3 donjons et quelques boss, puisque le CD2 consiste essentiellement à zapper des cut-scenes remplies de textes vous narrant la fin de l'histoire. C'est également là que vous découvrirez la magnificence du scénario de Xenogears, en admettant que vous réussissiez à adhérer à ce second disque, où le joueur devient très passif. Pourquoi?

Tout simplement parce que le budget alloué à Xenogears était déjà consommé à la fin de la première galette et que Squaresoft a préféré miser sur un certain FFVIII (n'étant pas sûr du succès de Xenogears), obligeant l'équipe de Takahashi à boucler le jeu le plus rapidement possible en supprimant la quasi totalité des phases actives (d'où l'absence de véritables annexes), voire même certains Gears, qu'on retrouve dans le Perfect Works...Voilà qui aboutira à la démission de Takahashi et à la création de Monolith Soft (Xenosaga).
 
Xenogears Xenogears Xenogears
 
Plus qu'un jeu, Xenogears s'apparente à une oeuvre à part entière, dont la complexité envoutante berce le joueur tout au long de sa progression, lui laissant entrevoir toute la puissance que peut dégager la trame d'un jeu. Au delà de simples rebondissements, Xenogears invite à la réflexion, à la critique, à la culture et démontre tout le génie de son créateur:Takahashi, qui nous brasse ici critique sociale, philosophie, dans un mélange survolté.
Bourré de situations originales, profondes et bien souvent touchantes, le jeu demande une réelle implication. On ne peut que saluer un tel travail, qui relève de la prouesse. En dépit d'une complexité souvent exacerbée, le jeu passionne et toutes vos questions auront leurs réponses dès la lecture du Perfect Works que je conseille vivement, ne serait-ce que pour replonger dans cette sensation de vertige qui accompagne chaque partie de Xenogears.

Malgré des graphismes moyens et un CD2 vraiment bâclé, aucun défaut ne paraît suffisant pour entacher la réputation de Xenogears, qui demeure, depuis sa création, inégalé et inégalable...
Et lorsque le logo « Xenogears Episode V: THE END » apparaîtra, vous serez alors vraiment déçus d'apprendre que ce soft peut avoir une fin.

Points forts
Points faibles
Une trame d'une richesse exceptionnelle, profonde et diablement inspirée, on ne manque pas de superlatifs pour la décrire!
Phases de plateformes imprécises, mal gérées et frustrantes.
Des personnages remarquables et extrêmement attachants/travaillés, qui nous aident eux-aussi à rentrer dans une aventure formidable.
Qualité graphique très en deçà des attentes.
La bande Son de Mitsuda, de très bonne facture
CD2 bâclé.
Un Gameplay original, et basé sur deux modes de combats distincts, qui servira de base à celui de Chrono Cross, un peu plus tard.
N'a jamais eu la chance de sortir en Europe ou de bénéficier d'une traduction digne de ce nom.


 Xenogears
© 2009 - 2015 Universalsoluce.com (anciennement Airpg.fr) | Toute reproduction interdite | Mentions légales