facebook youtube twitter

Test de Star Ocean 4 : The Last Hope

par F.A.T.E

logo
Notation
 Scénario
10
 Gameplay
17
 Graphismes
16
 Musique
15
 Durée de vie
17

Prévu sur nos "terres arides" le 4 Juin dernier, Star Ocean: The Last Hope a su faire parler de lui et attirer l'attention des nombreux fans de la série. Après un "Till The End of Time" exellent sur bien des points, et faisant office de conclusion de la série, Tri-Ace s'est lancé dans la préparation du 4eme opus, dont la tâche principale est d'expliquer les prémices de "l'Ocean Stellaire". Une initiative peu étonnante puisque SO3 ne permettait pas vraiment d'établir une suite.
Et si l'équipe de développement avait mieux fait de s'arrêter à la conclusion logique de la saga?

Scénario

"2087...Dans les décombres encore incandescents de la Troisième Guerre Mondiale, les quelques rescapés de l'espèce humaine se rassemblent dans une lutte éperdue pour leur survie. Désormais sans refuge sur la Terre dévastée, les hommes se tournent maintenant vers les étoiles. Ces pionniers en quête d'un nouveau foyer représentent le dernier espoir de l'humanité...mais la solution se trouve t'elle dans l'immensité de l'océan stellaire?"

Plutôt alléchante, l'ébauche du scénario de Star Ocean 4 n'est pas sans rappeler un futur "hypothétique" de notre propre planète: dévastée et inapte à assurer la survie de la population. On va toutefois éviter de faire un cours d'écologie ici. Il faut savoir que le soft est composé de pas moins de 3 CD, et qu'on est donc spontanément tentés d'espérer une aventure épique, avec moults twists et autres péripéties. Par-dessus le marché, le contexte SF s'y prête plutôt bien et la série n'a jusque là jamais vraiment failli à la tâche, l'imagination à la jap' aidant. Pourtant, il faut bien avouer que ce quatrième opus ne restera pas dans les mémoires de part une trame tortueuse. En effet, l'intrigue du jeu est extrêmement déséquilibrée et sujette à pas mal d'incohérences/facilitées. Voyons tout cela plus précisemment. Le premier CD s'avère plus que correct. Effectivement, bien que peu original, il ne manque pas de surprendre via un traitement d'apparence prometteuse quant à l'ouverture d'une intrigue assez sombre. Les tragédies se succèdent pour nos protagonistes alors que petit à petit s'insinue la menace d'un vaste complot extraterrestre. Certaines ficelles scénaristiques sont trop grosses - c'est incontestable- mais plusieurs passages surprennent, notamment l'arrivée sur Alternative Earth, qui ébranlera pas mal l'un des protagonistes princpaux. En parallèle, les alliés présents sont plutôt attachants quoique enchainés dans les poncifs du genre: Edge reste le modèle du héros vaillant, un tantinet borné et évoluant de bien belle manière au fil de l'aventure. Reimi dissimule de troublants secrets et possède une personnalité très affirmée, qui lui permet notamment d'influer sur le cours de la situation à de nombreuses reprises. Faize, l'Eldarien aux cheveux verts, reste un jeune homme mystérieux qui assume parfaitement son rôle intriguant. Ainsi, la première partie du jeu se déroule de manière plutôt entrainante, malgré un synopsis classique. Le background de SO4 accessible depuis la BDD et ses protagonistes rendent l'expérience fort sympathique, à défaut toutefois d'être aussi convaincants que leurs équivalents du 3 volet. Le deuxième CD intervient par une relance de l'histoire, puisqu'une deuxième intrigue va venir se greffer aux problèmes extraterrestres rencontrés par nos héros. Jusque là, pas tant de problèmes? Eh bien si, puisque ce second disque marque le véritable début d'une épopée niaise à en avoir la nausée, la faute à des personnages infâmes vous ayant rejoint sur la fin de la première galette. Citons Meracle, "la fille chat" ridicule (non mais miaou quoi),et Sarah, sorte d'ange au QI très inférieur à la moyenne. Si la trame était orientée sur l'amitié durant le premier disque, rien n'était dérangeant dans la mesure où les répliques demeuraient assez soft, empruntent d'un peu de mièvrerie, certes, mais juste ce qu'il fallait.

Dorénavant, préparez vous à subir pendant chaque dialogue, aussi sérieux soit-il, les pitreries soi-disant drôles de Sarah/Meracle/Lymle. On se retrouve alors avec des répliques sans cesse parasitées, loin d'aider une narration déjà suffisamment faiblarde, contribuant à alourdir l'ensemble. Voilà un point on ne peut plus frustrant pour le joueur qui aura toutefois la possibilité de zapper les cinématiques, et autant dire que cette option est salvatrice pour échapper au 10 min de palabres kikoolol dont le jeu à le secret. Seuls trois ou quatre personnages (les premiers) sont grossièrement “intéressants” dans la trame, le reste ne consiste qu'en un mélange indigeste et franchement raté de personnages kikoo lol, clichés et purement inutiles à l'avancée scénaristique. De la même manière, Arumat -le dernier allié- ne bénéfieciera d'aucun background, point qui au final ne vaut pas mieux que des compagnons frôlant le débile. Un gâchis monumental, mais Star Ocean ne s'arrête pas là...

Le contenu scénaristique des CD est également très inégal, il est bien entendu couplé à la durée de vie du jeu, qui est "faible" en ligne droite. En effet, le second disque est très court, à l'instar du dernier où tout les évènements sont condensés. On a tout bonnement l'impression qu'une partie de la trame a été occulté et rédigée à l'arrache par un gamin de 8 ans. Quoiqu'il en soit, le jeu à été baclé au niveau de son synopsis. Plus le soft avance, plus le joueur se désintéresse de son univers, qui s'avère au final, pas si ragoutant que &ccecil;a. Bien que la réflexion apportée sur l'évolution soit à peu près convaincante, nombre d'incohérences, d'idées non exploitées viendront ternir une trame qui n'était pas si mauvaise à ses débuts. Et même si le SF est un genre très peu exploité dans le J-RPG, on a ici pas grand chose à se mettre sous la dent. Concrètement rien qui puisse nous motiver à laisser tomber notre bouquin d'Asimov. Star Ocean: The Last Hope ne va jamais au fond des choses et se contente de "pseudo révélations" de surface, anticipées par le joueur depuis bien longtemps, et qui ne constituent en rien une surprise. Pourtant, le contexte du Space Opéra offre de nombreuses possibilité! C'est d'autant plus décevant et inadmissible lorsqu'on considère les antécédents de la saga. L'idée des Grigori et de leur système d'évolution anormale est efficace, mais elle est exploitée avec une telle molesse, une telle répétition, que le joueur est loin de ressentir la même peur que sucitaient les Executionners de Star Ocean 3. D'une manière générale, le soft en fait le moins possible, donne le strict minimum d'explications, et s'en contente fièrement.
Aucun passage ne marque. D'ailleurs, si vous avez joué au troisième opus, vous aurez l'occasion de remarquer qu'un rebondissement de ce dernier a été quasi-pompé par SO4. Lamentable.
Au rayon des références avec le reste de la saga, il n'y a pas de quoi être dé&ccecil;u, vous retrouverez Roak, ainsi qu' Ashlay dans le Colisée. Notons que plusieurs évènements de cet opus servent directement de lien à Star Ocean 1, les fans y verront là un (faux) gage de soin. Concernant Till the end of time, il tient une place importante dans le scénario de Star Ocean 4, et bien que cela ne soit jamais révélé explicitement, on suppose que quelque chose est déjà à l'oeuvre dans cet épisode. Je vous laisse soin de découvrir...

Côté Private Action, The Last Hope les rend beaucoup plus accessibles que les épisodes précédents, puisqu'elles sont dorénavant réalisables -pour la plupart- à bord du Calnus. Pas toujours intéressantes, certaines se révèleront amusantes : mention spéciale à Welch, et bien moins farfelues que dans le 3. Cependant, il n'y aucun choix décisif dans le jeu, ne vous attendez pas à la mort d'un de vos coéquipiers à l'instar de SO2 ou à un choix d'équipe. Encore une fois, le travail n'est fait qu'à moitié. Tout du moins, il est nettement simplifié.

En définitive, le scénario de Star Ocean : The Last Hope, bien que prometteur sur la dizaine d'heures, s'avère complètement baclé et raté. Les rares passages émouvants et sérieux sont généralement entachés par des personnages stérotypés au possible et ridicules qui peinent à convaincre, tout en occultant des personnalités un peu plus complexes telles que celles de Edge/Reimi/Faize. Le jeu aurait réellement gagné à se voir greffer des rires toniturants toutes les 2 ou 3 répliques, à la Friends.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4
Gameplay

Le système d'affrontement en "Temps Réel" a toujours fait la célébrité de la saga Star Ocean, et force est de constater qu'il est toujours présent dans The Last Hope, avec toutefois quelques nouveautés...qui le rendent encore plus attrayant et jouissif!

Tout d'abord, lors de l'exploration, rien ne change réellement: les monstres se baladent librement dans chaque donjon ou planète, et vous pouvez entrer en mode de bataille si vous en touchez un. Selon votre position face à la créature, vous pourrez provoquer une attaque préventive (si vous percutez le mob), ou au contraire être étourdi par une attaque surprise (si c'est lui qui vous touche). Jusque là, pas grand chose de nouveau depuis Till The End Of Time, pourtant, sachez qu'il existe désormais un système d'"Embuscade" qui aura lieu si vous engagez un affrontement dans une zone où plusieurs montres sont proches de vous. A l'issu du 1er combat vous serez alors sanctionnés par le message "Ambuscade!" qui vous obligera à combattre le nombre d'ennemis qui étaient à proximité de Edge lors des déplacements sur la carte.

Une fois en combat, les nouveautés de The Last Hope ne tardent pas à faire leur apparition: désormais, vous êtes 4 en combat, ce qui autorise encore plus d'action que dans le troisième opus, qui limitait vos alliés à 2 (pour un total de 3 protagonistes). Pour ceux qui ont enragés devant le Mp-kill instauré par SO3, sachez que désormais, la mort n'intervient qu'en cas de HP vides. Un point qui m'a légèrement dé&ccecil;u, d'autant que le jeu n'est pas vraiment difficile, surtout en comparaison avec son prédecesseur, et il aurait pu gagner à jouer sur le coût de MP.

Vous pouvez désormais associer 6 Skills en combat (+ 2 spéciaux) contre 4 auparavant, au deux gachettes. Toutefois la possibilité d'associer le maximum de skill ne vous sera donnée que graduellement, en montant la compétence passive "Combos".

Les Cancels Bonus ont disparus pour laisser place aux Link Bonus.

Dans le fond il n'y a pas grande différence, si vous enchainez les combos en appuyant successivement sur les gâchettes RT et LT , vos attaques bénéficieront d'un bonus croissant allant jusqu'à plus de 240 %.

Remplacement également de la jauge de "Guts" par une barre de "Rush" ou "Vitesse" dans la version fran&ccecil;aise. Si dans Star Ocean 3 le remplissage de cette barre permettait d'activer les Counter Aura, sorte de bouclier virtuel, il n'en est rien dans le quatrième opus qui vous permettra de passer soit:

- En mode Vitesse quand la jauge atteint 100. (X)
- De déclancher les combos de vitesse de vos alliés quand la jauge atteint également 100(X+RT ou LT ).
Note: La jauge de vitesse se remplit à mesure que vous donnez et recevez des coups. Maintenir B enfoncé aura pour effet de la faire monter, toutefois, si vous laissez B appuyé trop longtemps, votre personnage sera étourdi et incapable de combattre pendant quelques secondes. Un coup critique d'un boss peut alors vous envoyer au tapis.

Le Mode Vitesse rend vos personnages plus puissants et les empêche également de trébucher lorsqu'ils encaissent des coups, ce qui est très pratique pour assaillir un ennemi en peu de temps. Notez cependant que vos adversaires useront également de cette "aide", sachant que la jauge de vitesse de certains sera un réel obstacle. On l'active en appuyant sur X.

Les Combos de Vitesse interviennent si vous maintenez X+RT ou LT lorsque la Vitesse est à 100. Votre personnage va alors déclancher une série de QTE lors de laquelle le monstre ne pourra rien esquiver. Selon la distance avec les autres alliés, vos QTE pourront rassembler les skills de deux voire trois personnages. Si vous appuyez sur les boutons de la manette dans le bon timing, un splendide Finish ou "Perfect Combo" se déclanche et laisse bien souvent les monstres KO.

Toutefois, en termes de "Mode Vitesse", les personnages ne sont pas tous égaux: il existe un système baptisé "BEAT" vous autorisant à spécialiser un peu plus vos alliés, selon trois types:

- Frappe: Ce BEAT vous permet de spécialiser votre personnage dans la maitrise des combos en cas d'attaque-éclair. Vous pouvez par exemple apprendre "Double Attaque éclair" ou une compétence permettant d'activer les combos lors de l'enchaînement surprise.
- Neutre: Un point d'équilibre entre les deux BEAT principaux.
- Assaut: Rend votre personnage bien plus axé sur son mode vitesse : la jauge monte plus vite, descend plus lentement, votre coup de PM diminue de 25% en mode Vitesse....
Chaque intervenant est spécialisé dans un BEAT par défaut, à vous de voir si vous souhaitez modifier ce dernier. Plus vous combattrez, plus votre rang BEAT augmentera, et plus vous aurez accès à de nouveaux bonus.
Prenons l'exemple de Edge (Frappe) et Reimi(Assaut) dont les manières d'aborder la partie sont radicalement différentes. Si le premier se montre efficace pour chaîner les attaques-éclairs, la seconde permet de linker les combos de vitesse très rapidement. Voilà encore un petit plus qui permet de distinguer les alliés (dont les approches sont déjà très disparates) et de rendre leur utilisation palpitante! Il serait vraiment dommage de n'utiliser que Edge, compte tenu des exellentes performances de chaque coéquipier.

Les déplacements restent inchangés à ceci près qu'il est désormais possible de sauter en appuyant rapidement sur B et de réaliser des "Attaques-éclair", la grande invention de cet opus.

Si un ennemi vous vise, une sorte de marqueur apparaîtra sur votre personnage. Vous pouvez alors vous placer près de lui et charger la jauge de Vitesse en maintenant B enfoncé. Si l'indicateur clignote en Jaune ou Jaune/Rouge, continuez d'appuyer sur B et inclinez le Joystick dans n'importe quelle direction pour déclancher une Attaque-éclair. Vous disparaissez alors du champ de vision ennemi et assistez à une jolie animation, différente pour chaque allié, dans laquelle votre personnage apapraît dans le dos de l'ennemi: A vous d'enchaînez les coups critiques pour infliger le maximum de dégâts!

Méfiance tout de même, certains ennemis vous cibleront en rouge, ce qui indique qu'il vont pouvoir parer votre assaut, dans ce cas de figure, il suffit d'attendre que le monstre déclanche une attaque pour qu'il lui soit impossible de réagir. (L'indicateur vire au jaune/rouge). On notera que ce cas de figure reste tout de même très anecdotique.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4

Le système de "Compétences" demeure classique: à chaque niveau vous êtes susceptible d'apprendre de nouveaux Arts. A vous de les augmenter en leur allouant quelques PC (points de compétence), selon vos exigences, ou en vous aidant des PC de groupe qui peuvent se révéler salutaires.
Voilà pour les grosses améliorations. On remarque aussi que les personnages ont tous un style bien à eux, qui ne se lit pas que dans leur vitesse de déplacement ( cf SO3), non, ils ont tous une allure et des postures/mouvements très variés qui rendent chaque expérience de jeu avec un allié différent unique. La manière de jouer le combat étant également très différente d'un héros à l'autre. Ne les négligez pas, certains d'entre eux sont la clé d'une bataille trop hardue!
Autres nouveauté, le Bonus Board qui prend le relais de la jauge de Heat Up du troisième épisode. Il est désormais possible d'obtenir 140% d'expérience supplémentaire ainsi que divers bonus (Fol, Regen hp/mp, PC) selon les gemmes de couleur acquises en combat.

Note: Les Gemmes -> De diverses couleurs, vous les obtenez en combat sous certaines conditons.

- Jaune: Tuer 2 ennemis simultanément. Bonus de Fol (monnaie).
-
Bleu: Achever un monstre par un coup critique.Bonus d'expérience.
-
Rose: Finir un adversaire avec une compétence. Regen Hp/Mp.
-
Verte: Provoquer une Embuscade. Bonus de PC.

Test Star Ocean 4

Au final, que penser des combats de Star Ocean 4? Eh bien, franchement, et malgrè quelques simplifications, on constate que le plaisir de jeu est toujours au rendez- vous. Il est quasiment impossible de se lasser des batailles qui offrent un dynamisme tout simplement exemplaire, les situations sont riches et les affrontements intéressants: c'est un véritable plaisir de passer d'un personnage à l'autre et d'adapter sa stratégie aux différents boss de la trame, par le biais de la découverte de leurs points faibles ou d'attaques éclairs bien placées!
Les alliés se déplacent sans temps de latence et l'intensité du pugilat est restranscrite à merveille.
Il est clair que le jeu se distingue par son gameplay qui offre beaucoup de sensations et de variété. Ne vous étonnez pas si votre niveau augmente en flèche dans de telles conditions! De même les combats contre Gabriel ou Iseria sont bluffants et demanderont toute votre attention, malgrè vos équipements! Et là, croyez moi, c'est du plaisir avec un grand P....
Le léger bémol à apporter réside dans l'IA, déjà assez contrastée dans SO3, elle est ici très irrégulière: les commandes attribuables à nos compères sont peu variées et pas franchement innovantes. Dans certaines situations vos camarades vous surprendront, alors que dans d'autres, Sarah s'obstinera à soigner sans ressuciter, Arumat ne fera plus rien...ou l'ensemble de votre équipe foncera sur un boss en train de préparer une Divine Wave...

Côté exploration, Star Ocean 4 s'avère être le premier de la série à bien porter son nom: en effet, les précédents épisodes ne permettaient pas de visiter énormément de planètes. Dans le même ordre d'idée, ces dernières étaient trop semblables pour vraiment étonner le joueur. Dans cet opus, 7 planètes sont disponibles, ce qui est un plus certain quand on sait que chacune d'elle est outrancièrement vaste et intéressante à parcourir. Aucune ne se ressemble et le dépaysement est garantit lorsque l'on passe de l'ambiance "jurassique" d'Aeos à l'atmosphère moyennageuse de Lemuris, ou aux vestiges d'anciennes civilisations...
Le "vertige" est un sentiment qui décrit bien ce que l'on ressent en débarquant sur chaque nouvel astre: les maps sont gigantesques et les environnements extrêmements variés, laissant libre cours à chacun d'explorer à 100% chaque recoin du paysage pour y découvrir coffres, donjons et monstres en tout genres...A ce propos, les coffres donnent de l'expérience et des PC de groupe dans cet épisode, un petit plus non négligeable qui fera grimper vos persos inutilisés en parallèle à votre troupe favorite. Moins rapidement bien sûr, mais le système s'avère tout à fait louable et permet de ne pas avoir à organiser des séances de level up trop fastidieuses. Les anneaux de désintégration vous accompagneront tout au long de la découverte des donjons et permettront principalement d'ouvrir des trésors bloqués, certains contenant vos arts ultimes! Attention, certains sont optionnels...

Note: Ne loupez pas l'anneau de Terre, car sinon, adieu Wandering Dungeon! En effet, si vous ne le trouvez pas sur la planète en question, il ne sera plus récupérable par la suite...Erreur des développeurs?

Les donjons sont dans la veines de tout bon RPG, dommage cependant que plus la trame avance, moins ils soient complexes (toujours en accord avec le bâclage de l'intrigue qui fait que tout se condense), puisque la planète Cardianon est une de mes plus belles expériences de donjon RPG. Certes on y passe 3 à 4 h, mais les idées sont exellentes. Le Purgatorium et le Palais de la Création sont également assez originaux. On regrettera qu'il n'y ait finalement que peu de véritables donjons, surtout au vu des idées de certains. Enfin, malheureusement, la cassos attitude en matière de développement oblige l'utilisation de facilités.

L'Item Creation a été simplifiée: désormais chaque personnage apportera une compétence spécifique (alchimie, synthèse, artisanat, médecine...). Welch vous permettra alors de créer des groupes de 3 équipiers qui auront pour but de découvrir de nouvelles formules. Chaque formule trouvée vous donnera la liste d'ingrédient à réunir pour fabriquer X objet. Le procédé est bien plus réussi que celui de Till The End oF Time puisqu'il incite le joueur à aller chercher lui-même ses composants et retire un côté "aléatoire" bien trop prononcé dans l'épisode précédent.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4

Voilà le principal atout de SO4: ses mécanismes, il est tout entier soutenu par des affrontements, une exploration, et un système de création véritablement efficaces et diablement addictifs. On aurait aimé que le soft ne se repose toutefois pas que sur ces éléments!

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4
Graphismes

Star Ocean: The Last Hope peut se vanter de posséder une qualité graphique soignée. Les environnements parcourus sont riches et extrêmement vastes. La profondeur de champ est tout simplement énorme. Chaque détail est présent, que cela vienne de la position changeante des nuages, aux petits éléments révélateurs tels des papillons qui survolent le sol. La plupart des textures et des jeux de lumières sont saisissants d'efficacité, et certains paysages ne manqueront pas de vous surprendre, comme par exemple le fantastique "Palace Of Creation", qui joue très bien sur les reflets, les couleurs...

Les défauts proviennent essentiellement de quelques textures baveuses dans les intérieurs, qui se répètent fréquemment (les portes, sols sont parfois texturés de manière assez douteuse). On peut également regretter que les ennemis s'affichent trop tard, ce qui peu surprendre de temps en temps.
Aucun ralentissement ou chute de framerate à signaler, même en jouant sur Memory card.

En combat, le résultat s'avère tout aussi impressionnant, l'animation est véritablement exemplaire et les lags sont quasiment inexistants, sauf lors d'assauts particulièrement violents à 500 Hits et +.
Les effets de lumières sont très efficaces quoique utilisés à outrance (sur la fin du jeu) pour souligner chaque attaque, et au final, l'écran se transforme en véritable déluge de couleurs dans lequel on a parfois du mal à voir progresser notre personnage!
Les mouvements de Edge et cie sont particulièrement réalistes et s'éxecutent avec un style tout particulier et une fluidité sans faille. On finit même par ne plus se lasser de certaines attaques tant elles en jettent, et tant les gestes de Edge paraissent naturels.
Un point négatif vient sans conteste des monstres, au nombre de 150 (500 dans SO3) qui sont sujets à un changement de couleur perpétuel cassant toute diversité: sur chaque planète, toujours les mêmes créatures, mis à part un nom, une couleur qui a changé...De "Yéti de Mana" on passe à "Gorille" ect. Les boss ne sont pas assez nombreux, et sont maintes fois ré-utilisés, notamment dans les annexes!

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4

Les cinématiques sont un peu plus contrastées, mais s'avèrent tout de même plutôt efficaces. Les personnages sont modélisés avec beaucoup de soin, ils sont franchement détaillés, et leur animation s'avère de manière générale assez réussie. Pourtant il arrive que quelques cut-scènes soient lamentables de ce côté là, molles, notamment celle de Crowe sur Aeos, où le combat qui nous est présenté est digne d'un soft ps2, et encore...On a beaucoup reproché aux protagonsites leur côté "poupée de cire", un nouveau mot à la mode si l'on en croit la critique. Je vous avoue que personnellement, et en ayant fini le jeu, je ne comprends pas cette remarque. Le style employé est certes particulier, plutôt réaliste et loin du Cell-Shading d'un Tales of Vesperia, mais la modélisation reste très convaincante et souffre seulement de quelques effets de lumière mal placés. Autrement, rien de spécial, si ce n'est l'inexpressivité des yeux lors de certains passages, quoique cela ne soit pas toujours vrai.
La mise en scène s'avère par contre assez contrastée, comme je l'ai évoqué plus haut avec Crowe. Les premières heures sont laborieuses mais plus le temps s'écoule, plus les plans s'avèrent recherchés et efficaces, certains m'ont d'ailleurs particulièrement plus, comme lors du dialogue avec le boss final de la trame. Dommage que la régularité ne soit pas de mise de ce côté là. Néanmoins, le résultat demeure très largement convaincant.
Les menus de notre version Européenne ont été retouchés par rapport à la version Japonnaise. Si l'on peut reprocher le remplacement des artworks originaux par des modèles CG douteux en combat, force est de constater que le menu "kawaii" japonais a enfin disparu pour laisser place à une interface plus sobre et très orientée Science-Fiction. Il est tout de même regrettable de ne pas pouvoir choisir soi-même le design approprié, tant pis...

Erratum: C'est maintenant possible sur la version PS3 “Internationale”sortie entre temps.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4

Musiques

Motoî Sakuraba signe l'OST du quatrième opus de la saga, et le moins que l'on puisse dire, c'est que son travail s'avère particulièrement...inégal. Certaines pistes sont exellentes, alors que d'autres font presque peine à entendre, tant elles sont peu inspirées et rapides. Au delà de &ccecil;a, les musiques les plus prometteuses sentent tout de même le réchauffé, à l'instar du Battle Theme, Blood On The Keys qui rappelle franchement un certain Baten Kaitos.
Il est vrai que les dernières productions de Sakuraba n'ont pas été folichonnes ( y compris Tales Of Vesperia), toutefois, je vous rassure, l'OST se laisse écouter, à défaut d'être original. Comme d'habitude dans les Star Ocean, les meilleurs piste se trouvent du côté des combats et des donjons: Nascent Pulse, Shotgun formation, Memories In The Earth et Brillant Rose sont tout bonnement exellentes et font sans conteste partie des meilleurs thèmes de donjon entendus dans les RPG, alternant entre dynamisme et mélancolie, éléctro, rock et piano, pour un surprenant mélange qui réussit à transformer vos allers-retours en véritable bonheur. Notons aussi une piste étonnante et très rock'n'roll, Seeker, un véritable coup de coeur, qui illustrera vos pérégrinations dans le Wandering Donjon.
Le thème du Calnus, A Place For Reflection est franchement très bon, il possède un petit côté épique, de plus la mélodie évolue très bien.
Pour ce qui est des affrontements, les thèmes sont nombreux et réussis: Blood on the Keys, I Do Therefore I am, The Eleventh Hour, Don't Be A Hero demeurent les valeurs sures, alors que For Achieve (remix 1), Chain Of Explosions, et Stab The Sword Of Justice (remix 2) disposent de sons assez discordants, qui plairont dans les deux derniers cas aux amateurs d'electro.

Le must demeure le thème du boss final, Maelstrom's Clutches, une réussite incontestable qui donne le frisson et épouse parfaitement le ressentiment de l'adversaire de part ses magnifiques éclats de violon et ses choeurs.
Le bilan est tout de même plus négatif pour les musiques illustrant les différentes planètes du jeu, elles sont extrêmement inégales : Skyward Bound (Lemuris) et Silk Road In The Sky I (Aeos) sont inspirées et émouvantes. La première semble mystique et mélancolique alors que la seconde, qui illustre la première planète du jeu, est un ode à la découverte. A l'inverse, Next Stop: Nowhere est insipide, composée de quelques notes à peine audibles. The Silver Lining, Expectations For The Future, Silk Road In The Sky II sont désagréables, surtout la seconde qui arrache les oreilles avec ses sons venus d'un autre âge. Un conseil, coupez la musique à ce moment...Les thèmes remix de Roak sont plutôt entraînants, et les pistes d'ambiance accompagnant les cinématiques sont très souvent ridicules et quasi inexistantes: trois notes par ci, par là...(Dreams Frozen In Amber, Apocalypse, Arrythmia, Shattered Dreams, Dark Heart Dark Mind).
Tears in The Sun Make A rainbow, Ying and Yand s'avèrent alléchantes et expressives.
Une bande son inégale, toutefois il y a plus de positif que de négatif, pour un travail somme toute assez commun.
Le doublage demeure correct, bien que la voix de Edge paraisse trop mature; ce qui au final n'est pas plus mal. Les autres intervenants ne sont pas désagréables, sans pour autant être géniaux. Sarah et Lymle semblent avoir deux de tension.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4
Durée de vie

Concernant la durée de vie de Star Ocean 4, tout dépendra de votre investissement. Ceux qui se contenteront de faire la trame principale en auront pour 30-35 h de jeu, pas plus. Les autres pourront tripler ce score, voire arriver autour des 400-500h si ils veulent faire le tour de l'aventure. En effet, outre les 900 BT, le Colisée, les quelques 200 quêtes et les Succès, deux donjons optionnels sont là pour satisfaire les passionnés de challenge. Cave Of seven Stars n'est pas des plus longs, toutefois, la création d'équipement promet de nombreuses heures supplémentaires.
Le Wandering Donjon est assez horrible: 20 étages sans save, si vous ressortez, tout repop, y compris les boss. Et ce n'est pas tout, attendez de voir le terrible secret des Géostones...
De même, bien que le premier donjon soit facile, Gabriel et Iseria Queen sont assez complexes à défaire dans le sens où SO4 possède un vrai challenge, à l'inverse de SO3. Je m'explique : dans le 3eme opus, passé 5000 de defense, Freya (boss ultime) infligeait 0 de dommages. Dorénavant, même à 9999 de défense, les personnages se font parfois tuer par les boss du Wandering (Grimaros) et bien sûr par Gabriel et Iseria. Adieu facilité. Voilà un exellent point qui permet de garder un challenge constant.
Notez que vous pourrez défaire 3 fois les deux boss, ils reviendront toutjours plus puissants.
Le principe de l'Item Creation vous obligera à farmer les pièces de vos meilleurs armes, toutefois il existe très souvent des astuces pour les récupérer plus facilement, ce qui rend la recherches assez agréable, même si l'on peut maudire un taux de drop lamentable, qui en fera enrager plus d'un.
Les 200 quêtes sont peu intéressantes et répétitives à souhait, basées sur des allers retours douteux, des farms poussifs. Aucun doute, il s'agît là d'une facilité au niveau de la durée de vie, "on met des quêtes, un max," mais au final rien de bien passionnant. Cela n'a pas du prendre beaucoup de temps aux dév' et le joueur est occupé, parfait! Star Ocean 3 était très long, même sans les quêtes...Il y a les Meuporg pour &ccecil;a.
Autant dire que seuls le Colisée et les 3 donjons optionnels (Astral Cave dans une quête) sont dignes d'intêret. On regrettera qu'il y ait moins de donjons que dans Till the End Of Time, que la plupart des BT soient inintéressants (plus de "deafeat within one minute, w/o damage" ect) et qu'au final, la durée de vie se repose beaucoup sur la patience des fan-boys ou hardcore gamers. La limite de niveau retombe à 200, si vous souhaitez passer à 255, il faudra débloquer 50% des BT du protagoniste concerné. Again. Mais ne négligeons pas le plaisir de la découverte, très présent dans cet opus, d'auant que Iseria Queen et Gabriel sont franchement cultes, leur affrontement étant un véritable régal.
Pourtant, la trame en elle-même s'adresse plutôt aux novices.

Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4  Test Star Ocean 4

Star Ocean: The Last Hope n'est pas le RPG qui redonnera vie au genre sur Next-Gen. On peut lui reconnaître des qualités évidentes: des graphismes léchés et fins, un système de combat grisant ainsi qu'un côté "exploration" véritablement passionnant, qui permet enfin au joueur de profiter de nombreuses planètes, à l'inverse des opus précédents!
Ajoutez à cela un contenu optionnel faramineux et vous obtenez...le jeu parfait?
Eh bien non, malheureusement, le scénario et les personnages principaux n'ont pas connu le même soin et semblent baclés à plus d'un égard. Quel dommage! Le soft avait pourtant tout pour réussir, et plus d'une fois, le plaisir de jeu si particulier qu'il procure suffit à ressentir ce que les scénaristes ont malmené, en ne faisant pas le moindre effort quant à la trame principale.
Au final, que reste t-il? Un bon jeu, sans aucun doute, mais qui reste loin du HIT qu'il aurait pu et aurait du être. Tri-Ace est capable de mieux que &ccecil;a. Les références aux précédents épisodes ne sont pas un leurre suffisant: Star Ocean: The Last Hope ravira sans aucun doute bien plus les novices que les fans, qui seront sans doute bien obligés d'admettre que nous tenons là un bel exemple des "exigences marketing".

Points forts
Points faibles
Un système de combat toujours aussi jouissif et prenant. Animation en combat exemplaire. Le plaisir de jeu atteint son summum.
...qui n'est malheureusement pas assez mise en valeur par le scénario principal, s'avèrant incontestablement baclé.
Une qualité graphique surprenante qui permet de s'immerger très rapidement dans l'univers de ce quatrième opus. Les planètes sont vastes, c'est un régal de les explorer de fond en combles.
Certains protagonistes sont inutiles et profondément affligeants. Ils peuvent tout de même postuler pour un rôle dans un remake de Gigi.
Le système d'Item creation, plus intéressant que celui du troisième opus. Beaucoup de contenu annexe pour les plus persévérants.
Trame principale qui semble coupée, étrangement raccourcie. 35 h de jeu: le soft aurait mérité une dizaine d'heures de plus pour développer son intrigue.
Quelques très bonnes pistes de combat/donjon.
Travail baclé sur les monstres qui sont ridicules, car repris des opus précédents sans nouveautés. Changement de couleur perpétuel affligeant.
Un Millénaire de rêves, véritable oeuvre, qui suscite chez le joueur bon nombre de sentiments.
La quasi totalité de l'aventure est trop linéaire...
Le trio de départ "Edge/Reimi/Faize" plutôt bien développé. Réflexion pertinente sur l'évolution...
Des quêtes inintéressantes.

Test Star Ocean 4
© 2009 - 2015 Universalsoluce.com (anciennement Airpg.fr) | Toute reproduction interdite | Mentions légales