facebook youtube twitter

Test de Tales of Rebirth

par F.A.T.E

logo
Notation
 Scénario
17
 Gameplay
18
 Graphismes
17
 Musique
15
 Durée de vie
17

C'est en 2004 que Tales Of Rebirth s'invite au Japon, quelques jours seulement avant l'arrivée du Père Noël - ou Weihnachtsmann, Santa Claus, Tad Nedeleg, et autres Santa kurosu pour les fans de sa personne. Aux commandes: la Team Destiny, qui prend le relais après la franche réussite de Tales Of Symphonia. Et si ce dernier marquait le passage de la série de Namco à la 3D, c'est un bref retour aux origines que nous offre Rebirth, qui fait les yeux doux à la bidimensionnelle d'antan.

Malheureusement, c'est sans doute cette singularité qui l'empêchera par la suite de sortir des redoutables frontières Japonaises...

Scénario

Humas et Gajumas. Deux races à la physionomie disparate, qui coexistent dans le Royaume de Kalegia. Tout commence lors du décès du Roi Ladras Lindblum, un Gajuma. Allongé sur son futur lit de mort, ce dernier assiste impuissant à la vision funeste d'un "soleil fondant". S'en suit une crise d'hystérie au cours de laquelle il finit par libérer un pouvoir dévastateur. Une énergie mystérieuse se propage alors parmi la population, et s'éveille de fa&ccecil;on disproportionnée. On parle de "Force".
A bonne distance de ce chaos, Veigue Lungberg est lui aussi victime de cet évènement incompréhensible. Incapable de maîtriser la situation, il finira par commettre l'irréparable en congelant son amie Claire sur place, échouant dans toutes ses tentatives de la libérer de sa prison de glace.
Ce n'est qu'un an plus tard que Mao et Eugène arrivent sur les lieux de l'accident...

Voilà pour le top départ.
Bien qu'il ne paye pas de mine au premier abord, Tales Of Rebirth prend des risques. Ils ne concernent en aucun cas des révélations particulièrement étonnantes, mais plutôt un choix de thème. En effet, l'intrigue s'axe essentiellement, et quasiment du début à la fin, sur les notions de racisme et d'acceptation. Puisque si le thème en lui-même est traité dans de nombreux RPG, il sert ici de fil directeur à l'ensemble du scénario, posant instinctivement un certain problème de redondance. Le jeu se répète-il? Est-ce surjoué au point d'en devenir manichéen?
La structure de l'aventure n'est pas bien compliquée à identifier, ToR est articulé en 2 grandes parties. La première se focalise sur la recherche de Claire et l'exposition de l'univers, alors que la seconde entre en profondeur dans les faits, pour nous dévoiler les tenants et aboutissants du conflit qui prend place. C'est relativement classique dans la forme, mais furieusement bien géré dans le fond.
S'il y a quelque chose qui frappe, à la lecture générale de la trame de Tales Of Rebirth, c'est la quasi absence de twists scénaristiques. Le jeu comporte un très petit nombre de révélations grandiloquantes, ou d'évènements inattendus. Toutefois, l'ensemble ne laisse pas de marbre. Le rythme de l'aventure est constant, et ne subit une légère descente que quelques heures avant la fin de l'aventure, sur une petite période d'allers-retours, avant de reprendre sa course effrénée. L'intrigue de Tales Of Rebirth apparaît donc fort différente de ce qu'on avait pu voir dans la série jusqu'alors. Pas énormément de rebondissements, une intrigue qui se focalise sur une problématique en particulier et éviter de s'éparpiller dans tous les sens. Que les inquiétudes se dissipent, le travail sur la trame est extrêmement convaincant. Si le fil directeur demeure facilement identifiable, c'est surtout la pertinence et la profondeur des situations ou enjeux qui marquent. Le jeu évite de nous servir la soupe indigeste sur les différences, en usant habilement des aspérités des personnages pour construire un ensemble cohérent. Le synopsis est émouvant, et parfois même marquant. Beaucoup de messages sont véhiculés, avec un soin remarquable et une qualité d'écriture (constante) au rendez-vous ! Si l'on devait ne retenir qu'une chose des évènements de Tales Of Rebirth, l'émotion serait le maître mot. Les évènements narrés par le jeu sous-tendent tous un même thème, celui de la discrimination sous toutes ses formes. Il n'est donc pas bien compliqué de s'immerger dans une aventure qui rappellera sans doute à certains leurs réflexions ou déboires quotidiens. Pas d'artifices, pas de révélations fulgurantes. Une intrigue relativement simple et pourtant étonnement profonde, qui se dévoile lentement mais sûrement, pour aboutir à un ending extrêmement réussi, clôturant une aventure menée d'une main de maître de A à Z. Mais &ccecil;a ne s'arrête pas là. C'est le ton général de l'histoire qui diffère. Si l'humour et les passages un peu mièvres sont toujours présents, on constate qu'ils sont grandement amoindris pour laisser place à une ambiance autrement plus poisseuse que d'accoutumée et des personnages profondément torturés.

Et une grande histoire ne serait rien sans de grands protagonistes ! De ce côté là, Rebirth frappe également un grand coup. L'équipe est plus âgée que d'accoutumée, ce qui se ressent immédiatement dans la tonalité globale. Veigue demeure prostré, figé sur la perte de Claire et ne s'ouvre que très peu, pendant qu'Annie remue sans cesse ses rancoeurs envers Eugène et les Gajumas, manifestant un racisme éloquent qui conduira parfois à des situations dramatiques.
Même Mao, le petit jeunôt bout-en-train de la bande, cache un passé plutôt trouble dont on ne connaîtra tous les mystères qu'assez tard au cours de l'histoire. Et il n'y a donc guère que Tytree pour montrer un enthousiasme à toute épreuve! On note le développement subtil du duo Agarte/Claire, l'aventure étant scindée en plusieurs arcs. Il sera alors fréquent de passer de "Veigue Side" à "Claire Side" puis "Agarte Side", même si les 2 dernières phases citées sont assez courtes. Quoiqu'il en soit, le pari est réussi. On assimile rapidement le rôle de chacun, on s'attache à quasiment tout le monde.
Et ce n'est pas tout, puisque les protagonistes peuvent aussi compter sur les fameux skits pour explorer leurs moindres facettes. Ces derniers sont d'ailleurs très nombreux dans Tales Of Rebirth, plus que dans n'importe quel autre opus de la série. Il n'est pas rare de les voir arriver par lot de 5 dès le franchissement d'un écran! Ces petites intrigues sont souvent très bien senties, permettant d'en apprendre un peu plus sur chaque intervenant et l'univers de Kalegia, ou encore d'assister aux pitreries croisées de Mao et Tytree.

Test Tales of Rebirth

Il y a tout de même quelques ombres au tableau, dont un Milhaust quelque peu absent pendant une longue partie de l'intrigue, quand l'intro du jeu laisse augurer un rôle plus important et des apparitions récurrentes. De même, les Four Stars, aka les antagonistes principaux, souffrent d'un manque cruel de screentime et sont finalement assez peu charismatiques puisque insuffisamment développés. Militsa et Saleh sortent toutefois du lot, sans pour autant que leur personnalité soit transcendante ou étonnamment marquante. Un autre reproche s'adresse à Veigue, dont la psychologie évoluera de bien belle manière certes, mais tout de même assez tardivement au cours du scénario. Il faudra donc subir son apathie de surface et ses "KURRREEEAAA" plus ou moins supportables pendant une bonne quarantaine d'heures !

En résumé, Tales Of Rebirth maîtrise son sujet et entraine le joueur instantanément. Le choix du thème central est réellement louable, beaucoup de messages sont distillés au fil de la progression et contribuent à donner au soft un cachet tout particulier. Pas d'artifices ou de délires tordus, mais des ponts constants avec le quotidien du joueur. L'ensemble est humain en somme, et fait plaisir à voir. Une très belle histoire, assurément.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth

Note : Malgré l'absence de localisation, une traduction américaine réalisée par lanyn est disponible sur gamefaq et Youtube. Sa qualité est irréprochable. Je recommande ;)

Gameplay

Si Tales Of Rebirth ne révolutionne pas les mécanismes d'exploration de la série, il apporte en tout cas son lot d'innovations, et principalement un système de combat qui s'affiche sans doute comme le plus perfectionné de la saga. Assumant son orientation old school, Tales Of Rebirth nous replonge dans les affrontements aléatoires à la Tales Of Eternia. Les déplacements sur la mappemonde et en donjon n'ont donc pas énormément changés, et sont régulièrement interrompus par des random battles à la fréquence parfois (très) élevée. Les combats n'ont pas lieu dans un espace 3D mais s'axent désormais sur 3 lignes qui délimitent la profondeur du terrain. On gagne en lisibilité. Une trouvaille plutôt pertinente puisqu'elle permet également de gérer ses déplacements de manière assez stratégique en évitant l'approche limite archaïque d'un Phantasia. Les premiers pugilats du jeu ont de quoi surprendre: la jauge de MP a disparu! Elle est remplacée par la Force Gauge, symbolisée par un losange à 4 subdivisions. Par analogie avec le pad PS2, on ne tarde pas à comprendre que chaque partie de la FG correspond en fait aux touches haut/bas/gauche/droite, qui sont habituellement réservées aux Artes (en combinaison avec X dans les TO). Et c'est toujours le cas ici. Cependant, la Force Gauge limite tout de même partiellement l'utilisation des capacités: chaque case se remplit en fonction du temps/coups et la technique devient disponible à pleine puissance une fois le losange associé rempli. Certains Artes comme R-Elixir nécessitent un fragment de FG plein, alors que les techniques de Veigue seront disponibles en permanence, à ceci près que leur efficacité sera fonction du remplissage de l'icône associée.

En dehors des skills basiques, on trouve les Ougis, débloqués après quelques heures de jeu, lors du passage dans Forest Labyrinth. Ce sont des techniques puissantes, que vos personnages ne peuvent utiliser que sous des conditions bien précises (RG> 70% + fragments de FG associé au skill rempli) et via un lien avec un skill déjà associé. On peut prendre comme exemple Veigue, dont l'un des premiers skills basiques est Zehhyoujin, auquel on peut linker Touga Ryuueijin dès le niveau 30. Les SP (Smash Points) gagnés en combat vous permettent de les obtenir, même si une limitation de level intervient également.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth

Un des mécanismes les plus déstabilisants dévoilé par Tales Of Rebirth reste l'absence totale de sorts de soins. Il n'est donc pas question d'envoyer un healer dans l'équipe réparer les dégâts après chaque critique, ce n'est pas viable. Globalement, il existe deux moyens de regagner des HP dans ToR, les voici :

- Utiliser Annie. En effet, elle est la seule à maîtriser les Circles, des sorts qui prennent effet sur une partie bien précise du terrain de jeu et octroient des buffs voire une récupération sur le temps aux alliés situés dans le champ actif. Mais quoiqu'il en soit, il n'y a aucun heal direct: tout est basé sur la régénération. Et accessoirement votre capacité à vous déplacer jusqu'au Circle, la majorité étant statiques ! Il reste toutefois possible de finir le jeu sans utiliser Annie, c'est ce qui nous amène à la deuxième fa&ccecil;on de gérer les soins dans ToR.
- Utiliser la Rush Gauge à bon escient. Cette dernière est située à l'extrême droite du HUD, contre la Force Gauge. La RG représente en quelque sorte l'agressivité de votre personnage. Elle augmente au gré de vos assauts pour atteindre une valeur maximale de 100 et retombe dès lors que votre style de jeu s'oriente vers la défense (rester immobile, parer des attaques ennemies). Partant de là, on peut donc définir les 2 extrêmes délimités par cette Rush Gauge. Quand elle est maximale, votre style de combat est "offensif" et vos skills gagnent en efficacité. Cependant votre défense diminue et votre taux de récupération devient NUL, ce qui est bien souvent synonyme de Game Over en cas de correction trop tardive. A l'inverse, une RG minimale garantit une meilleure défense et une récupération de HP très honnête. Ce regain de PV est activé selon votre utilisation d'Artes. Si l'un de vos coéquipiers utilise X skill ou détruit tel ennemi, le niveau de votre RG vous permettra d'obtenir un gain de PV. Et il en va de même pour votre propre personnage, d'où la nécessité de rester un minimum offensif. Quel intérêt au final? Mesurer ses assauts. Bourriner n'est pas vraiment une option dans Tales Of Rebirth, les ennemis faisant un nombre conséquent de dommages. Si l'on ne prête pas attention aux techniques de sont personnage, en le laissant à forte RG constamment, les morts seront nombreuses. Maîtriser les pugilats de Rebirth, c'est donc avant tout comprendre tout l'intêret de cette Rush Gauge, pour analyser les situations rapidement et aviser de la démarche à suivre. Il est donc possible de charger ou de descendre manuellement la RG via Triangle + Haut/Bas selon la démarche souhaitée.
Bien évidemment, on ne pousse pas le vice jusqu'à priver le joueur d'utiliser les objets !
Tales Of Rebirth ne s'arrête pas là, puisque les Hi-Ougi ou Fusionic Force deviennent rapidement disponibles (dès qu'Hilda intègre le groupe). Il s'agît des furies de vos personnages, qui sont jouées en duo dans cet opus. Leur activation est assez complexe et leur rôle principal est de mettre terme à une random battle ou un combat de boss. Ne vous attendez donc pas à pouvoir les utiliser à outrance en début d'affrontement par exemple. Beaucoup de conditions inconnues du joueur interviennent, notamment les LA Awakenings et le nombre de monstres encore présents sur le terrain.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth

Pour le reste, c'est du Tales Of. Mention spéciale à la fuite, qui reprend le fonctionnement des premiers épisodes : il faudra aller vous placer aux extrémités droite ou gauche de l'écran pour la déclencher.

On peut noter que la cuisine tient une place prépondérante dans Tales Of Rebirth, ce qui tient au fait que les batailles ne sont pas toujours des plus simples à régler. Certaines recettes pourront même se voir optimisées après une utilisation régulière. Le Wonder Chef n'est pas de la partie, c'est donc Mao qui jouera les cuistos lors des différentes découvertes culinaires au sein des habitations.
Le système est donc relativement retords et demande une maîtrise parfaite pour s'en sortir sans trop de problèmes. On relève justement quelques problèmes d'équilibrages dans les donjons de la Force de la seconde moitié de l'aventure. Les ennemis sont parfois extrêmement nombreux, limitant vos déplacements de manière drastique. Certains sorts comme R-Elixir pour la résurrection nécessitent de se trouver à proximité du cadavre, chose qui peut devenir compliqué à réaliser quand on doit se battre à 4 contre 8. Même combat quand il s'agît fuir. Cela dit, de manière générale, la difficulté est bien équilibrée et le challenge jamais démentiel. Tales Of Rebirth demande sans aucun doute un investissement dans ses systèmes bien plus important que les autres opus de la saga, mais reste surtout l'un des plus jouissifs.
Tout comme vos personnages, vos armes sont susceptibles d'évoluer et de gagner en puissance via un système surnommé "Enhance Points". Lors des affrontements. Chaque personnage gagne un certain montant d'EP à la fin d'un combat. Ce montant est fixe et varie selon le protagoniste considéré, ainsi que la nature de l'équipement. Basiquement, on distingue les "Weapons" des "Armors". Selon vos performances de combat, il est tout à fait possible d'obtenir des EP Bonus en maximisant le nombre d'ennemis tués etc. A la fin du combat, les personnages qui possèdent assez d'EP pour améliorer leurs items affichent un "Enhance Executable" à côté de leur portrait. Une fois de retour sur la MAP, on peut rejoindre le menu et sélectionner Enhance System pour rentrer dans le gros de l'affaire. Vos armes et protections bénéficient de différents slots d'optimisation, qui représentent en fait différentes caractéristiques, comme Regen FG/HP, Awakening Rate.
Via vos EP, vous pouvez augmenter la valeur de chaque caractéristique une à plusieurs fois d'affilé, étant bien sûr limités par votre total d'EP, dont la consommation augmente à chaque Enhancement. Il est possible de déverouiller des Latent Abilities(LA) pour vos équipements, après les avoir suffisamment améliorés. Ce sont des compétences passives variées qui peuvent influer sur la régénération, le nombre de coup portés etc.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth

L'Inherit concerne la fusion d'armes, et elle est disponible dans toutes les boutiques du jeu. Le système n'est pas très compliqué à assimiler et n'est vraiment pas essentiel pour la complétion du jeu. Toutefois, il a l'avantage d'être relativement bien pensé et de permettre à vos alliés de devenir de véritables machines de combat. Pour faire simple, les Inherit peuvent être séparés en 2 catégories : "Normal Inherit" et "Special Inherit". Si la première garde vos status max d'Enhance, elle ne conserve pas vos LA qui seront donc à réactiver via de nouvelles séances d'enhance. La seconde au contraire, n'augmente pas les statistiques mais entraine parfois la conservation des LA, la diminution du coup en EP pour les activer etc. En résumé: &ccecil;a poutre.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth
Graphismes

Tales Of Rebirth persévère et tape droit dans le old school en matière de graphismes. Exit donc la modélisation 3D instaurée par Tales Of Symphonia et Tales Of Legendia, today c'est retour dans le passé, à l'ère de la 2D. La claque graphique est immédiate. Si le travail réalisé n'est pas non plus impressionnant, il reste tout de même très joliment présenté. Les écrans et différents backgrounds du jeu sont véritablement détaillés, diversifiés et s'apparentent à de véritables petites aquarelles. Les sprites ne sont pas en reste et présentent un aspect relativement "mignon" qui leur permet une incrustation des plus naturelles dans l'ensemble. L'interface des menus est toutefois bien plus classique, pour ne pas dire franchement moyenne. Elle parvient à nous replonger dans l'ambiance "vieux TO" , mais aurait gagné à être davantage travaillée en regard du design global. Une déception bien vite compensée par la découverte des affrontements. A peine engagés, c'est l'orgie totale. Première constatation: les sprites sont plus réalistes et mieux mis en valeur. Second point: une grande claque nous arrive des effets spéciaux, subtilement stylisés. Ces derniers sont magnifiques et déballés sans limitations sur l'écran! Ils s'accordent parfaitement avec le reste. Le rythme n'en devient que plus démentiel, sans rupture ni ralentissement intempestif et les animations brillent autant par leur netteté par leur inventivité, pour des combats qui se rangent facilement parmi les plus impressionnants de la série. Parfois assez brouillons, on reste tout de même maître de l'action lors de ce déluge d'effets pyrotechniques que sont l'enchaînement de nos skills et autres Hi-Ougi, tout simplement monstrueux. Le rendu visuel est donc très vivant, met en relief les bons éléments, et s'avère blindé d'atouts pour surprendre. Bien sûr, qui dit Tales Of, dit Mappemonde (...immonde !). Eh bien pour le coup, Tales Of Rebirth nous sert quelque chose de tout à fait honnête. Si la carte 3D n'a rien de transcendant, elle reste très potable et véhicule une bonne ambiance. Juste ce qu'il faut en somme. On y passera d'ailleurs pas mal de temps à s'entrainer en vue de maîtriser les différents systèmes de jeu, ainsi que pour le plaisir du combat sauvage. C'est Mutsumi Inomata qui se colle au character design de cet épisode, et force est de constater que la réussite est totale ! Les séquences animées ont même tendance à sublimer le travail original, auquel certains pourraient reprocher des traits trop efféminés pour représenter les protagonistes masculins.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth
Musiques

On ne change pas une équipe qui gagne (ou pas) côté bande son dans Tales Of Rebirth: Motoï Sakuraba et Shinji Tamura rempilent une énième fois sur la saga fétiche de Namco. Si on ne parlera toujours pas de chef d'œuvre, loin de là, le résultat reste tout de même très honnête et plus satisfaisant que pour une majorité d'épisodes de la saga. La tonalité générale s'accorde à l'intrigue, elle est donc beaucoup plus posée et mélancolique que d'accoutumée, avec des mélodies souvent extrêmement discrètes voire effacées pour illustrer les différents panoramas de l'épopée. D'entrée de jeu, on découvre donc l'opening theme Good Night des Every Little Things, beaucoup plus morose que de coutûme, et ce dans la mélodie comme dans les paroles. On citera ensuite Will, Mount Sovereign, With Shaorune, Mocrado Village, Razilda, Epilogue A/B, Kyogen, Pipista, Nolzen, The Answer...

Icy Edge sert quant à lui de premier Map Theme avec brio, force cuivres, c'est définitivement du Sakuraba's style, mais la machine est bien rodée dans les faits.
Une fois de plus, c'est du côté des battles themes qu'on ira puiser des pistes plus marquantes. Trois random battles themes dans ce Tales Of Rebirth: Battle Organization pour la première moitié du jeu, Dogfight pour la seconde partie et Die Is Cast qui n'est jouée que dans le donjon final. Dans tous les cas, c'est du synthétiseur dopé aux amphétamines. Une fois de plus...
En ce qui concerne les boss, c'est un peu plus homogène, quoiqu'on puisse remarquer The Trial, piste intriguante aux sonorités celtiques, qui sort un peu des carcans habituels de Sakuraba sur la série. Edge Of An Oath quant à elle, ne dispose en tout et pour tout que de deux occurences. Elle n'en demeure pas moins mythique! Bien sûr, pas question d'oublier le combat au sommet: c'est Final Episode qui prend la relève. La mélodie est assez classique, se permettant d'ailleurs de reprendre un passage de Scutum, le tout dans un emballage très rock vu et revu mais néanmoins efficace. La piste est relativement longue.
Les doublages japonais sont un régal, qu'il s'agisse des scènes cinématiques, SKITS -doublés s'il-vous-plaît !- ou hurlements gutturaux caractéristiques du spam de techniques en combat. Un travail honorable qui mérite d'être souligné.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth
Durée de vie

Tales Of Rebirth se classe sans difficulté dans les opus les plus longs de la série en ligne droite : on compte plus de 50h de jeu en fin de partie ! Le rythme de l'aventure n'est pour autant pas lourd et évite de nous assommer de redites (kikoo Tales Of The Abyss). Hormis un passage légèrement redondant avant l'arrivée dans le donjon final, Tales Of Rebirth impressionne par une construction égale qui laisse au joueur le temps de respirer au sein de la quête principale. Certains seront peut-être légèrement gênés par des donjons finalement assez courts et parfois même dénués de boss, alors que les passages en ville ont tendance à s'éterniser et s'apparentent bien souvent à de véritables missions de détective: interroger la populace environnante sera de rigueur pour poursuivre le fil de la progression. De manière générale, le constat est tout de même excellent, la cinquantaine d'heures passée sur le soft semble presque trop courte...

Du côté des annexes, on trouve différentes quêtes qu'il est possible de mener en parallèle de l'intrigue principale, des mini-jeux comme ceux du Rabbitz Village (débloquant le visionnage des SKITS). Les caméos sont absents de Tales Of Rebirth, et ce malgré la présence d'un donjon optionnel, baptisé Cyclorg's Chambers. Ce dernier est assez particulier puisque basé sur un système de conditions à remplir pour passer aux salles suivantes, du style " faire X combats, finir le combat avec Veigue, retrouver X et Y...". Le New Game + gratifie quant à lui toujours le joueur par l'intermédiaire du Grade Shop.

Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth  Test Tales of Rebirth

Tales Of Rebirth n'a pas eu la chance de sortir hors du territoire nippon, et c'est bien ce qui lui aura causé le plus de tort. En effet, on tient sans doute ici le meilleur opus de la saga, du moins celui qui concilie le mieux les immanquables de la série avec un renouveau assumé. Riche d'une intrigue habilement amenée et de personnages captivants, Tales Of Rebirth nous offre également des combats d'une densité et d'une richesse extrême. Prenant, travaillé, et d'une qualité toujours égale quelque soit l'angle d'approche, c'est une réussite incontestable. Plus qu'un excellent membre de sa série, Tales Of Rebirth est également un grand jeu.

Points forts
Points faibles
Probablement le meilleur système de combat de la série: un cocktail explosif.
Quelques soucis d'équilibrage dans la seconde partie du jeu.
Une narration maîtrisée.
O.S.T trop inégale.
Personnages matures et consistants, intrigue humaine à plus d'un égard.
Un Veigue casse-bonbon pendant une bonne partie de l'aventure.
Qualité graphique de mise.
La brume lourdingue de certains donjons.
Durée de vie très honnête.
Demande un minimum d'investissement compte tenu de la barrière de la langue.
Système d'Enhance/Inherit.
Des pistes de combat entrainantes et diversifiées.

Test Tales of Rebirth
© 2009 - 2015 Universalsoluce.com (anciennement Airpg.fr) | Toute reproduction interdite | Mentions légales