facebook youtube twitter

Test de The Third Birthday

par F.A.T.E

logo
Notation
 Scénario
15
 Gameplay
16
 Graphismes
18
 Musique
18
 Durée de vie
13

The Third Birthday marque le grand retour d'Aya Brea, héroine attitrée de la série Parasite Eve, débutée il n'y a pas moins de 13 ans sur l'archipel nippon! Si l'opus original n'a jamais eu l'occasion de coloniser le territoire Européen par les voies traditionnelles, force est de constater que les aventures d'une certaine blonde pulpeuse n'ont tout de même pas totalement épargné l'Occident.
Initialement pensé pour débarquer sur téléphone mobile, T3B se voit en définitive annoncé sur PSP fin 2008 ! Dès lors, et malgré un statut de spin-off assumé, il va susciter nombre d'espoirs chez les fans de la première heure. Encore une déception made in Square-Enix?

Scénario

Nous sommes le 24 Décembre 2010.
Une jeune femme est retrouvée inconsciente devant la cathédrale St.Thomas. Sa robe de mariée est maculée de sang, et elle souffre manifestement d'amnésie. Elle sera plus tard identitifée comme étant Aya Brea.
Quelques jours plus tard, les premiers Twisted sont repérés dans les rues de New York par les hommes du gouvernement Américain. Puis...plus rien.
C'est en 2012 que la vraie attaque commence.

Voilà pour les bases.
Ce qu'on peut dire d'entrée de jeu, c'est que les prémices du scénario de The Third Birthday sont assez surprenantes, spin-off ou pas. Pas de mitochondries en vue, un contexte apocalyptique, une Aya qu'on retrouve profondément changée...mais qu'est ce que &ccecil;a va bien pouvoir donner? Le principe du jeu est en fait assez simple. Pour renverser le cours de la situation et empêcher les Twisted de réduire l'espèce humaine à néant, le CTI (Counter Twisted Investigation) utilise Aya pour corriger les erreurs du passé. Concrètement, votre but principal durant la majeure partie de l'intrigue sera de convertir certaines défaites de l'armée en victoire pour influer sur le présent et endiguer la menace des Twisted. Chose qui ne sera possible que par l'intermédiaire d'Aya, seule personne apte à manipuler l'Overdive, une capacité qui lui octroie la faculté de changer de corps à tout va. Si dans le fond, ce type d'intrigue n'est pas si atypique que &ccecil;a dans le domaine de la littérature, on nourrit tout de même de prime abord bon nombre d'inquiétudes sur le déroulement du jeu, en regard des ratés du genre. En effet, il est souvent loin d'être évident de manier correctement ce type d'intrigue, la faute à des ambitions souvent trop élevées, et d'implications tellement complexes qu'elles finissent par fragiliser la cohérence de l'ensemble si elles ne sont pas menées d'une main de maître. Le déroulement de T3B va donc permettre de réaliser deux objectifs en parallèle : d'une part rendre sa mémoire à Aya, de l'autre sauver l'Humanité avant qu'il ne soit trop tard. Sept chapitres composent l'aventure principale, le dernier d'entre eux étant baptisé “Episode final”. Il faut savoir que la majeure partie des révélations se retrouve condensée à la toute fin de la trame, le joueur a alors le loisir de se poser moult questions durant les 6 premiers chapitres. Est-ce un mal? Absolument pas. La narration est efficace et les évènements pertinents. De plus, le rythme du jeu ne connait jamais de réelle baisse, l'action étant de mise à chaque instant, on se plait à savourer quelques coups de théâtre, plus particulièrement sur le troisième chapitre. Le point problématique de The Third Birthday démarre vraiment à partir de la conclusion du 5ème chapitre, celui là même qui marque le début de l'épilogue. Dès lors, vous allez adorer...ou détester. Et si l'on en croit pas mal d'échos sur le net, c'est plutôt la seconde version qui remporte la victoire. Sans rentrer dans les détails, le synopsis du jeu a tendance à devenir extrêmement tordu et confus à l'approche de son dénouement. On a subitement beaucoup de mal à saisir ce qui se passe, les quelques images qui se succèdent à l'écran ainsi que les dialogues nous apparaissant imbuvables, sans réel lien logique avec ce que l'on a pu découvrir jusqu'alors. On peut très vite se retrouver perdu et ne plus rien réussir à tirer de l'ending du jeu. Une notion primordiale pour suivre un minimum les délires de T3B, c'est tout d'abord d'être très attentif aux premiers chapitres, mais également et surtout de consulter la base de donnée (BDD) accessible sur le PC du CTI à chaque début de chapitre. En effet, cette BDD est extrêmement fournie et contient des informations sur à peu près tout et n'importe quoi, des personnages aux “Timelines” en passant par divers e-mail échangés entre membres du CTI. Un point indispensable pour aborder la conculsion sans être trop largué. Mais de toutes manières, beaucoup de points restent obscurs, et réfléchir à postériori en consultant la BDD en New Game + -elle sera actualisée- peut s'avérer salutaire pour apprécier à sa juste valeur la fin du jeu. Parlons en justement. En dehors de son aspect amphigourique et brouillon, elle en surprendra plus d'un. L'ending est substantiellement choquant. Toujours est-il que la surprise et l'émotion sucités par T3B y atteignent leur paroxysme. C'est beau, &ccecil;a prend aux trippes et &ccecil;a met la tête à l'envers, accessoirement.

Le problème principal de The Third Birthday, c'est qu'il pose au final beaucoup de questions. Et si la majorité d'entre elles trouvera des éléments de réponse à la lecture de la BDD, on demeure dans la conjecture, sans réelle certitude concernant le bien-fondé de nos suppositions. Apparaît alors un nouveau motif de débat à propos de jeu, entre ceux qui se satisferont de cette part d'inconnu et ceux qui verront là le gage d'un intrigue qui s'est perdue en cours de route. Autre souci : si le jeu a toujours été annoncé comme un spin-off, on garde des réserves sur certains points de l'intrigue, faisant curieusement écho à des évènements des deux premiers Parasite Eve...

Du côté des protagonistes, on constate avec le plus grand plaisir qu'Aya rempli parfaitement son rôle d'héroine, en jouant cette fois ci dans une cour totalement différente. Beaucoup plus sensible, introvertie et fragile que dans Parasite Eve, on suit avec attention sa progression hésitante, sa quête désespérée d'elle-même au milieu de cet océan de douleur qu'est le monde dans lequel elle vit. Ses alliés n'ont malheureusement pas la chance d'être aussi charismatiques, en raison d'un traitement trop superficiel et rapide de leurs personnalités dont résulte un manque de cohésion parfois flagrant. Il faudra d'ailleurs également passer par la case BDD si l'on souhaite en apprendre davantage à leur sujet. On peut facilement regretter que les interactions au sein de la trame ne soient pas plus poussées, puisque le peu que l'on peut en voir suffit à piquer notre curiosité au vif. Toutefois, ce n'est pas réellement problématique en soi, mais &ccecil;a, vous le découvrirez en jouant. Je n'en dirai donc pas plus sur le sujet.

A titre d'illustration, T3B m'a donné des sensations assez similaires à celles de la Guerre des Mondes (S.Spielberg), notamment jusqu'au chapitre 4.

Il est finalement bien difficile de résumer l'aventure proposée par The Third Birthday. Ce qui est certain, c'est que malgré certaines qualités intrinsèques indéniables, le jeu prend le risque de perdre un grand nombre de son public en ré-axant son histoire de manière extrêmement confuse à l'approche de la fin du jeu. On adore ou on déteste.

Note: Le jeu est demeuré en anglais dans sa version PAL.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday
Gameplay

Passons à la partie pratique.

La première chose qu'il est utile de signaler concernant T3B, c'est que conformément aux annonces, l'action s'y veut bien plus présente que dans le Parasite Eve original. Ne vous attendez donc pas à trouver un système de combat similaire à celui de PE- à base d'ATB, de pause et de sphère de ciblage tout droit sortie d'un Vagrant Story. Il s'agit ici d'une orientation typée TPS lors des affrontements. Qu'en est-il de la partie RPG? C'est ce que nous verrons un peu plus bas.

Les séquences de bataille se déroulent donc en temps réel, et à la manière d'un TPS avec système de visée automatique. Si certains y verront là une simplification peu pertinente, la visée auto s'avère capitale pour une efficacité maximale en combat, notamment après avoir alterné entre les corps via le système d'Overdive. L'Overdive est un des mécanismes propres à T3B, et qui lui garantissent à ce titre une assez faible répétitivité dans son action. En effet, plutôt que proposer un TPS basique et sans énormément de fiortures, SE se permet d'ajouter un nombre de subtilités non négligeables et très agréables, qui seront la clé de la victoire !

Débutons donc avec l'Overdive System (triangle). Vous le savez sans doute, dans The Third Birthday, la petite Aya se voit dotée de la capacité de changer de corps en utilisant pour intermédiaire la psyché de ses alliés. On tient ici le point capital autour duquel s'axent tous les pugilats du soft. Comprenez par là qu'il est impossible de finir le jeu sans utiliser l'Overdive, et ce pour des raisons qui contribuent à la difficulté élevée du jeu -on y reviendra. Votre arrivée sur un champ de bataille sera la plupart du temps immédiatement suivie par l'arrivée de 2, 3, 4 soldats, dont le rôle -outre celui de vous assister en terme de dommages infligés- sera de servir de vaisseau potentiel à Aya. Le système prend tout son sens lorsqu'il nous inccombe d'effectuer des placements stratégiques, par exemple face à un boss particulièrement retord. Imaginons que la belle blonde se prenne une rafale de coups à la tronche sans être à même de riposter -> OD sur un militaire posté derrière une barricade -> sécurité assurée ! Ce type de situation est très fréquent dans une partie.

Note: Il est également possible de réaliser un OD sur des Twisted, on parle dans ce cas d'ODK (pour Overdrive Kill). Grosso modo, après avoir infligé des dégats de manière continue à un monstre, la barre de HP de ce dernier se teintera subitement de orange, vous signalant la possibilité d'utiliser un ODK via triangle et par ce biais, d'effectuer des dommages énormes dont l'amplitude est principalement fonction de votre niveau. Dans les faits, Aya fait tout simplement imploser le Twisted de l'intérieur. C'est pas magnifique?

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

De la même manière, on prendra souvent soin de positionner ses soldats à l'abri derrière des barricades en début de gunfight via l'OD pour minimiser les dommages et profiter du système de Crossfire. Késako? Pour déclancher le Crossfire, rien de bien compliqué! Il suffit de maintenir L enfoncée alors que des alliés se terrent derrière les barricades. Une jauge commence à se remplir. Une fois pleine, un appui sur R permet de profiter d'un tir croisé dévastateur. Comme quoi, l'esprit d'équipe, &ccecil;a déboite, même face à des bestioles répugnantes venues du futur.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

Enfin, le dernier pouvoir détenu par Aya s'appelle la Libération. La jauge de libération est située juste en dessous de la barre de HP. Son augmentation est fonction du nombre de coups que vous portez à vos assaillants, toutefois certains types d'armes auront une influence majeure sur la croissance de cette dernière, et c'est notamment le cas des Handguns. On en reparle un peu plus bas ! Quoiqu'il en soit, l'importance de cette faculté est qu'elle vous permettra de devenir théoriquement invincible l'espace de quelques secondes, de quoi mettre une bonne misère au camp adverse.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

Au début de la partie Gameplay, j'ai rapidement mentionné l'aspect RPG du jeu, il est donc temps d'y venir. Ce dernier est limité à son plus simple appareil, et on retrouve une sorte de syndrôme PE2 – la médiocrité en moins! On observe donc un système de level attribuant des gains de HP, ainsi que divers moyens de customisation, comme suit:

Customiser ses armes :

Précisons pour commencer qu'il en existe 6 types: Handgun, Assaut rifle, Shotgun, Sniper rifle, Launcher et Special. Inutile ici d'insister sur la dernière catégorie, puisqu'elle servira uniquement aux joueurs qui tenteront un NG+. Chaque type d'arme possède ses propres caractéristiques, on a vu l'exemple des Handguns un peu plus haut, ces derniers compensant leur faible portée par un augmentation rapide de la Lib.Jauge. Les Launchers sont des armes à très longue portée, dont la puissance est excessive mais les munitions très limitées. Au cours de la trame, l'obtention des armes se fera vient la complétion des missions, ou par le biais d'un OD. En effet, certains de vos camarades de combat afficheront un symbole de pistolet à priximité de leur nom, histoire de vous symboliser qu'ils possèdent une arme non-débloquée jusque alors, que vous aurez le plaisir retrouver dans la boutique une fois la mission terminée ! Chaque équipement peut-être personnalisé et amélioré à son bon vouloir via moults pièces accessibles depuis le menu des Safe Zones moyennant quelques BP. A ce sujet, on remarque que l'ensemble de notre arsenal progresse également par un gain de niveau, limité à 4 en mode normal.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

Customiser...Aya :

Eh oui ! Ce mécanisme est baptisé Over Energy (OE) et vous autorise à apporter des modifications dans l'ADN de la jeune femme, histoire d'en faire une machine de guerre aussi rentable que possible. Dans les faits, vous allez devoir placer vos Puces ADN sur le DNA Board d'Aya, constitué de 3x3 cases. Chaque puce correspond à une compétence, telles que Healing, Barrier, Inferno...

Note: Pour obtenir des Puces ADN, vous avez 2 méthodes :
doigt Effectuer un ODK dans un Twisted.
doigt Abuser de l'OD au travers d'autres soldats. Si vous êtes un petit veinard, il se peut que vous tombiez sur des puces particulières marquées "Rare DNA", "Evolved DNA".

Le système est plutôt bien pensé, mais révèle assez rapidement des errances qui peuvent laisser le joueur dubitatif et pas franchement convaincu. Votre but va en effet être de commencer par remplir votre DNA board avec les chips disponibles, puis d'ajouter des couches successives de puces pour augmenter le niveau de chaque compétences acquise. Le niveau 25 étant le maximum. Le problème majeur là dedans, c'est que le résultat est totalement aléatoire ! Il vous est toutefois possible de visualiser ce que va donner votre combinaison via carré puis de marteler la touche précitée autant de fois que nécessaire, c'est à dire jusqu'à l'obtention d'un résultat satisfaisant. De la sorte, vous ne pouvez pas rencontrer de mauvaises suprise et infliger des malus à votre propre ADN. Cela dit, il faut avouer que le système apparaît comme déroutant au premier abord, puisqu'en ajoutant une Energy Defense LVL2 à un slot contenant une Energy Defense LVL9, obtenir le cumul des deux niveaux, c'est à dire 11, est extrêmement rare, le plus fréquent étant de retomber à un niveau inférieur de 5 par exemple, voire même d'obtenir une capacité complètement différente. Jouer sur la couleur des puces adjacentes aura pour conséquence de former des liens dans la matrice d'ADN, vous octroyant par ce biais un cumul des niveaux correspondants. Supposons que suite à une combinaison OE, je me retrouve avec mes deux Energy defense LVL9/2 BLEUS à proximité, eh bien ce coup-ci, j'obtiendrai une compétence dont le niveau final sera de 11.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

Pour le reste, T3B est loin d'être un soft simple. Si l'on peut penser que changer de corps juste avant sa mort, bénéficier d'un soutien quasi-constant des alliés sont de forts facteurs de simplification, il n'en est rien en pratique, puisque le jeu est véritablement exigent et demande une bonne dose de stratégie en termes de placements (Overdive +++) . Ajoutons à cela une jauge de santé réduite à néant au bout de quelques coups seulement, et on obtient une progression bien plus périlleuse que prévu. Même en difficulté Normale, divers passages sont particulièrelent corsés, comme par exemple la fin du chapitre 2. Et si certains d'entre vous préfèrent ne pas s'arracher les cheveux devant le jeu, il serait préférable pour eux de débuter une partie en mode Easy.

Côté défaut, on citera une mécanique de jeu trop répétitive, puisque l'alternance : Je rentre dans une salle -> je bute tout ce qui s'y trouve -> je passe à la salle suivante ne se retrouve jamais vraiment perturbée et ce jusqu'à la fin du jeu. De même, la plupart des lieux du QG sont trop étroits, ce qui est drôlement frustrant après avoir passé près d'une heure à se fritter sans interruption. Enfin, on dénombre quelques rares problèmes de caméra lors des phases de combats, mais rien de bien méchant en somme.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday
Graphismes

Avec The Third Birthday, Square -Enix persiste et signe.

Les faits sont là, et force est de constater qu'en quasiment tous points, la réalisation de T3B se montre prodigieusement convaincante. Le plus bel exemple de cette maîtrise graphique demeurant les différentes cinématiques du jeu qui s'inscrivent sans conteste dans ce qui se fait de mieux sur PSP. Qu'elles utilisent le moteur du jeu ou qu'il s'agisse de CG, tout dans leur exécution montre la suprématie de SE dans le domaine. La mise en scène et les effets de style sont remarquables de A à Z, le tout dans l'unique but de donner un véritable cachet au soft. Dans cette optique, les plans de caméras essayent fréquemment de se faire perturbants, troubles. L'animation des protagonistes fait des merveilles, la petite Aya nous apparaît criante de vérité, et l'utilisation de la Motion Capture n'y est évidemment pas pour rien. De cette manière, sa fragilité et ses doutes nous frappent de plus belle et c'est avec plaisir que l'ont accepte de la suivre dans une aventures aux frontières de l'introspection. La modélisation en elle-même ne souffre d'aucun accroc, les formes sont gracieuses et la précision de mise.

Lors des phases de combat, c'est l'action qui prime et peut-importe le nombre de soldats/twisted à l'écran, le jeu ne souffre d'aucun ralentissement. Et pourtant, l'écran de la console sera plus d'un fois blindé de monstres en tout genres, se tortillant au milieu d'un déluge de balles ! Les animations d'Aya et de ses coéquipiers sont dynamiques et épousent parfaitement le contexte réaliste du jeu. On remarque à ce propos quelques petits détails qui font toujours plaisir, du point de vue de la finition : la mimique dégoutée, épuisée d'Aya après avoir effectué un Overdrive Kill, ses sursauts de peur si vous lâchez le pad en début de partie etc... La dégradation des vêtements de la demoiselle, en dehors d'un aspect fan-service prononcé, contribue elle aussi à cet impression constante de soin, en nous faisant éprouver tout la fragilité de la jeune femme, au fur et à mesure que ses habits se déchirent révélant des plaies ouvertes et que sa silhouette se courbe péniblement.

Pour ce qui est des bémols, on peut regretter l'étroitesse des lieux visités, qui bien qu'elle soit en partie liée aux contraintes du support, nous laisse parfois un certaine amertume en bouche, en regard de ce qu'aurait notamment pu être une balade complète dans les locaux du CTI. En ce sens, le cloisonnement de notre QG est un rempart contre l'immersion, qui n'est toutefois pas réellement dérangeant mais vaut la peine d'être signalé. La toile de fond du jeu esquissant un univers apocalyptique et dévasté, la majorité des environnements parcourus par Aya seront détruits, ternis, voire souillés de sang. Si l'on peut reprocher une certaine redondance aux multiples décors du soft ainsi que quelques textures baveuses, ils servent toutefois bien leur office, et sont modélisés avec beaucoup de soin. De ce côté, c'est le scénario qui prime, on ne saura donc pas ce qu'aurait pu offrir le moteur dans d'autres circonstances !

En ce qui concerne le character design, il est de bonne facture, sans pour autant être exceptionnel ou innatendu. Les différents Twisted sont plutôt intriguants dans leur genre, bien qu'agrandir un peu leurs rangs n'aurait sans doute pas été une mauvaise idée !

Quoiqu'il en soit, je vous invite à consulter les concept arts présents dans le livret vendu avec le jeu, histoire de profiter de quelques splendides panoramas d'un New-York brisé.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday
Musiques

On retrouve Yoko Shinomura aux commandes de l'OST de T3B, fidèle au poste qu'elle occupait déjà dans Parasite Eve. Toutefois, elle n'est pas seule, puisqu'elle est accompagnée du nom moins talentueux Tsuyoshi Sekito (TLR), ainsi que de Mitsuto Suzuki, "un novice" ayant notamment bossé sur FFXIII et Sigma Harmonics, sans jamais être réellement mis en avant. Et grande surprise, c'est lui qui signe la majeure partie des pistes de The 3rd Birthday ! Que dire du résultat? Il est excellent, tout simplement. Pour son premier vrai exercice de composition, Suzuki effectue un travail remarquable, dans une continuité avec PE assez étonnante, le tout sublimé par l'expérience de Sekito et Shinomura, qui officient de bien belle manière sur leurs pistes respectives. Notons que l'OST du jeu est composée d'une soixantaine de pistes, ce qui est un score tout à fait honorable. Mais rentrons dans le vif du sujet sans plus tarder.

Les pistes de combat sont nombreuses, on remarque rapidement la présence du remix de Arise Within You signé Yoko Shinomura. Si le morceau n'est malheureusement pas extrêmement représenté au cours du jeu, il rend réellement hommage à Parasite Eve, et les rares phases de combat qui le mettent en scène plongent le joueur dans la nostalgie. Toujours avec Yoko, on citera Pain of Assault, qui rappelle instinctivement Plosive Attack. L'oeuvre de la demoiselle est aussi perceptible sur Insanity Of The Enraged, un battle theme joué lors des premiers chapitres du jeu, détenteur d'un ryhtme assez envoutant renforcé par l'alliance piano -si cher à la compositrice- et nappes synthétiques.

Suzuki nous offre de son côté un Human Seeker- battle side- au climax ravageur ainsi que Clouds Of Aureolin, osmose saisissante entre une mélodie quasi-evanescente au piano, et un riff plus agressif précédent la reprise. On mentionnera également Reaper, qui -si elle n'est pas particulièrement intéressante- vous fera flipper à chaque écoute. Pourquoi? : la réponse in-game !

Le thème de l'affrontement final, Blue Of The End prend littéralement le joueur au trippes avec son écho dramatique amorcé dès les premières secondes par un orgue. S'ensuit une mélodie aux sonorités discontinues véritablement géniale. Signalons qu'elle est réalisé par Yoko Shinomura- son style demeurant assez reconnaissable.

Les compositions d'ambiance se font nettement plus discrètes, mais la plupart valent tout de même le détour, notamment les arrangements de Memory II et Dive Into Myself de Suzuki. Le premier brosse à merveille la fresque d'un monde apocalyptique, en lambeau, dont le seul élan vital se tourne dorénavant vers le passé. Le second est un concentré d'émotions pur, tout simplement. Citons Brea The Brave, The Boss, Terminus Zero, Babel: Genesis, Come Again To Christma, Aya Theme-Early Essence Arrange et bien sûr Primal Eyes qui fait son grand retour lors de l'intro!

On ne commentera pas l'ending theme, pour éviter tout spoil.

L'OST de T3B s'avère donc être un franc succès, le tout dans une continuité très perceptible avec Parasite Eve. Un très bon travail pour trois grands compositeurs.

Le doublage américain ne rend pas compte de toutes les subtilités présentes dans la version japonaise, toutefois, on ne peut que s'incliner devant sa qualité !

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday
Durée de vie

The 3rd Birthday est court, une dizaine d'heures vous seront nécessaires pour boucler l'aventure. Personnellement, il m'en a fallu 15 sur ma partie en mode Normal, mais j'ai bien peur de faire figure d'exception! Toutefois, si on compare ce score à celui de PE/PE2, c'est tout à fait honnête. Le soft dispose toutefois d'un réel atout: une rejouabilité à toute épreuve. Une fois l'intrigue bouclée une première fois, vous aurez en effet accès à une BDD plus complète ainsi que la possibilié de visionner l'intégralité de cut-scènes du jeu dont 2 extras. Notons également qu'à chaque complétion du jeu vous débloquez de nouvelles tenues et armes spéciales pour la belle Aya. De même, votre niveau et toutes vos données sont conservées après coup, histoire de vous aider à relever le challenge des modes Hard, Deadly et Genocide. On remarque également la présence de quelques cheats codes à débloquer. En ce qui concerne la fameuse scène de douche, elle n'est pas vraiment dans la tradition de PE2. Comprenez par là qu'elle n'est pas "scénarisée". Quoiqu'il en soit, dévorer du regard une Aya en tenue d'Eve (elle est bonne celle là ! Oh, double blague...\o/ ) vous coutera de terminer le jeu 50 fois dans la version japonaise ! Mais pas d'inquiétude, les versions euro et américaines fleurtent beaucoup moins avec le hardcore à ce niveau, il vous suffira donc de remplir certaines missions pour pouvoir prendre la trempette dans les locaux du CTI. Terminer T3B deux fois vous donnera la possibilité de visionner le Secret Ending. En ce qui concerne la difficulté, elle est plutôt élevée et exige rapidement une bonne maitrise du système d'Overdive dans l'optique de réaliser des déplacement tactiques. Bourriner n'est donc un choix pertinent que sur le Easy Mode.

Test The Third Birthday  Test The Third Birthday  Test The Third Birthday

The Third Birthday apparaît comme un jeu qui divise, et donc l'appréciation dépendra grandement de l'approche du joueur avant même de commencer le soft. Ceux qui espèrent retrouver les mécanismes de jeu d'un certain Parasite Eve seront sans doute dé&ccecil;us. De même pour ceux qui espèrent trouver une intrigue limpide et dynamique à l'image du premier volet. De manière générale, se lancer dans T3B en espérant y trouver PE3 est une mauvaise idée. Rappelons donc que depuis son annonce, The Third Birthday n'a jamais été présenté comme tel. Par conséquent, les joueurs qui sauront se lancer dans l'aventure pour le simple plaisir de découvrir les aventures d'Aya sous un angle différent ne seront pas dépaysés. Pourtant, une contradition persiste: l'intrigue, dont certaines subtilités échapperont fatalement aux novices de la série. Passé ces quelques problèmes d'identité, T3B est effectivement un jeu blindé de qualités. On citera tout d'abord une réalisation et une mise en scène excellentes pour le système PSP, unies à une bande son prodigieuse, angoissante, dans la continuité de celle de Parasite Eve. Mais les compliments ne s'arrêtent pas là. Malgré une trame qui a tendance à devenir extrêmement confuse sur la fin- nécessitant une forte implication- T3B expose des idées extrêmement pertinentes, avec beaucoup de brio et d'émotion. Enfin, bien que le gameplay s'apparente fortement à celui d'un TPS, les innovations sont suffisamment nombreuses pour garantir une progression fluide et finalement pas si redondante que &ccecil;a.

Points forts
Points faibles
Sans doute ce qui se fait de mieux en termes de réalisation graphique sur PSP.
L'intrigue a tendance à devenir confuse au fil de la progression et se référer à la BDD est essentiel pour comprendre la majeure partie de l'aventure.
Un gameplay orienté TPS tout entier soutenu par des idées très intéressantes telles que l'Overdive.
Le système d'Over Energy apparaît bien trop obscur et aléatoire au joueur.
Un scénario ambitieux, complexe et touchant. Bien que plus introvertie, Aya demeure toujours aussi attachante.
Un poil répétitif.
Une bande son qui excelle à tous les niveaux.
Assez court.
Dénouement hallucinant.
Forte rejouabilité.

Rq: La note de scénario est un compromis plus ou moins utile pour rendre compte du fait que ce dernier divise. Elle ne tient pas compte de mon ressenti personnel.

Test Star Ocean 4
© 2009 - 2015 Universalsoluce.com (anciennement Airpg.fr) | Toute reproduction interdite | Mentions légales