facebook youtube twitter

Test de Lost Odyssey

par F.A.T.E

logo
Notation
 Scénario
16
 Gameplay
15
 Graphismes
15
 Musique
17
 Durée de vie
17

Le 29 Février 2008, l'Europe découvre le dernier né de Mistwalker, Lost Odyssey, un jeu présenté comme résolumment "mature". Voilà de quoi réconforter les détracteurs de Blue Dragon! Si les premières déceptions se font rapidement sentir dans l'univers de la critique, nombre de joueurs comprennent que sous des abords classiques et archaiques, Lost Odyssey s'avère être un jeu de qualité, d'une efficacité rare. En effet, voilà une aventure placée sous le signe de l'émotion...et de la réussite.

Scénario

Puisqu'il faut un début à tout, Lost Odyssey s'ouvre sur un champ de bataille. Au milieu des Montagnes de Wohl, pendant que les armées d'Uhra et Khent s'affrontent et se massacrent, un homme, Kaim Argonar, se joint au combat. Tour à tour, ses alliés et ses ennemis d'un jour succombent. Pourtant, face à cette boucherie, Kaim reste de glace, parce qu'il est vivant. Tout à coup, alors que la guerre fait rage, un énorme météore troue le ciel et s'écrase sur le terrain de combat. Il n'y aura aucun survivant, quoique...

Pour un jeu qui tient sur 4 CD, Lost Odyssey à le mérite d'être assez équilibré dans son déroulement, et on dénombre peu de temps morts. La trame démarre vite, dès le 1er disque, qui sert conjointement d'introduction aux évènements postérieurs, puisque Kaim finira par y retrouver la mémoire, relan&ccecil;ant sa terrible épopée. Si dans les grandes lignes le synopsis du jeu ne sort pas des sentiers battus, il a le mérite d'être mené avec brio et de se révéler diablement efficace. Après une scène des plus émouvantes pour conclure la première galette, la fin du CD2 est à la hauteur des espérances pour nous préparer au choc du 3ème disque, sans conteste le plus réussi de tous. Pour rentrer quelque peu dans les détails, on peut préciser qu'au final, c'est le second CD qui est le plus décevant. Bien qu'il soit correctement mené, il fait l'impasse sur trop d'évènements à la fois, force le trait en matière de caricature, ce qui lui donne un côté "précipité" et légèrement baclé. Mais pas d'inquiétude, ses derniers instants et le CD suivant sont exellents. Dans ce dernier, vos personnages sont séparés et la narration va en profiter pour vous faire passer d'un groupe à l'autre sans lésiner sur les rebondissements (qui évidemment, marquent à chaque fois le passage au trio suivant, pour plus de suspens!)et l'approfondissement des caractères de chaque coéquipier. Ainsi, on assiste à un véritable moment de bonheur en découvrant les ressorts de l'intrigue, tout en ayant la possibilité de s'attacher à l'ensemble des protagonistes de manière plus individuelle. Recette déjà vue et revue, certes, mais exellente et très bien amenée dans Lost Odyssey. La fin de l'aventure est émouvante et va jusqu'au bout des choses concernant le futur de nos compagnons(ou presque). Attention toutefois, je vous conseille de faire le donjon optionnel "Caverne Secrète" puisque vous y trouverez des élements essentiels à la compréhension du scénario, absolument pas dévoilés autrement, et qui pourtant, concentrent quasiment les révélations les plus marquantes. Dommage pour ceux qui ne feront pas cet effort! Je pense que la trame s'avère plutôt moyenne si l'on ne s'arrête pas sur les "plus" apportés par cet endroit.

Justement, parlons des personnages de Lost Odyssey. Là non plus, pas grand chose à redire : ils sont presque tous de très bonne facture, Kaim et Satie en tête. En effet, ces derniers jouissent des Rêves, récoltés au cours de la progression, et qui nous permettent de rentrer de manière anodine dans les évènements tragiques de leur passé. Autant dire que les Rêves de LO sont sans aucun doute son point fort: superbement écrits, ils sont d'une poésie et d'une force à couper le souffle. Les situations qu'ils évoquent sont bien souvent tragiques, sombres et profondément cruelles. Toutefois, il y a toujours une "morale" à tirer de ces petites digressions, quelque chose à comprendre...voilà qui donnera au "Kaim muet et boudeur" des premières heures un background passionnant et un charisme à toute épreuve. Sans conteste l'un des personnages les plus réussis de ces derniers temps. Pour ce qui est du reste de l'équipe, on peut citer Jansen, le pitre incarné, donc les déboires seront plus d'une fois hilarants, la séduisante Ming, ou encore Sarah, mystérieuse jeune femme...Si dans l'ensemble les coéquipiers peuvent paraître classiques (les deux gosses, le rigolo, la fille à lunettes) au niveau de leur tempérament, cela n'est en rien problématique. En effet, contrairement à des jeux comme SO4, les répliques sont assez loin des stéréotypes ("Allons sauver l'Univers", "Tu es ma meilleure amie!") et la maturité (au niveau de l'âge) des intervenants, fait que leur comportements sont extrêmement réalistes, travaillés et surtout...naturels. Ils ont des défauts, ont fait des erreurs et sont "humains". On a vraiment l'impression de croiser une bande d'adultes dont les réactions sont tout à fait censées.Un point qui sera énormément exploité en ce qui concerne la descendance de certains, mais je n'en dirait pas plus. A ce titre, Lost Odyssey est un jeu d'émotions, et vous le comprendrez bien assez vite en jouant. La peinture de quatre destin cruels, qu'il vous inccombe de changer. La noirceur des rêves, le passé fort et souvent morbide de nos Immortels leur donne un cachet tout particulier, nous force à aimer même leurs défauts -dont on comprend l'origine- et contraste avec un scénario mené de manière plutôt optimiste, pour un résultat explosif. Effectivement, le jeu, en dehors des rêves, n'est pas niais et demeure bien plus mature que la moyenne. Cependant, l'aventure en elle même est plutôt positive, parfois délirante. De ce contraste entre rêves/scénario naît une ambiance exessivement prenante, un style atypique, qui fait du classicisme de Lost Odyssey un défaut mineur.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey
Gameplay

Pour un projet de Hironobu Sakaguchi, le créateur des Final Fantasy, autant dire que Lost Odyssey aurait pu s'appeler "FF XIII" étant donné que son gameplay reste globalement dans la continuité de la série précitée. Disons que les fans du tour par tour ne seront pas dépaysés. Les commandes sont classiques : Attaque, Magie, Défense, Objet, Fuite... Toutefois, on a droit à quelques petites retouches très appréciables, bien que pas assez nombreuses, il est vrai. Tout d'abord, on garde la progression par combats aléatoires: lors des déplacements, le personnage contrôlé pourra rencontrer une variété d'ennemis. Et évidemment, le côté "imprévu" du jeu fait qu'on peut passer 2 bonnes minutes sans croiser un seul ennemi, alors que, parfois (quand vous en aurez le moins besoin!), vous serez attaqué toutes les 5 secondes, ce qui s'avère tout de même assez frustrant. Mais bon...les développeurs n'ont pas l'air de vouloir lâcher cette approche archaîque du système, qui rend si pénibles certains RPG.

Une fois la bataille engagée, vos 5 protagonistes se retrouvent sur la surface de jeu. Vous, tout comme vos ennemis, êtes organisés suivant deux positions qui sont "Avant" et "Arrière". Selon vos choix, vous pourrez créer différentes "Formations". Rentrons dans les détails...

Tout d'abord, il faut savoir que votre ligne Avant va servir de bouclier à la ligne Arrière. Par conséquent, il est judicieux de placer des guerriers comme Seth et Kaim sur la première ligne. Etant donné leur nombre important de PV, ils vous donneront une CG plus grosse qui évitera aux mages de la ligne arrière de prendre trop de dégats.

Qu'est ce que la CG (Condition de Garde)?

Il s'agit tout simplement du cumul des PV des votre ligne avant. Ainsi, si Kaim à 5000 PV, Seth 4200 et Tolten 2000, ma CG sera de 11200.
Plus vous prenez de dommages sur la ligne protectrice (Avant), plus la jauge baisse, et attention, même en regagnant des PV, vous ne pouvez la restaurer. Il faudra utiliser les compétences de Mack.
La Condition de Garde s'organise en 4 niveaux, 4 si elle est pleine, 1 lorsqu'elle est vide. Bien sûr, plus la CG est basse, plus vos Mages, qui sont à l'arrière, prendront de dégats.

Effectivement, ces derniers ont très peu de HP, et lorsque vous débutez un combat avec la CG Max, ils ne prendront pour ainsi dire, quasiment aucun dommage. Par contre, plus Kaim et Seth perdront de PV, plus les sorciers seront lésés et verront leur surplus de défense brisé. A noter que certains ennemis vous feront des dégats assez impressionnants une fois la CG vide -ou en partie- alors que quelques minutes auparavant, lorsque cette dernière était pleine, vous ne preniez quasiment rien dans la figure. Voilà de quoi obliger le joueur à réfléchir un minimum.

Autre nouveauté, les Anneaux. On le remarque assez rapidement, Lost Odyssey n'est pas vraiment poussé en ce qui concerne l'équipement des personnages: Une arme, un(ou +) accessoire(s), et un Anneau. Toutefois, il compense cette faiblesse de bien belle manière... Les Anneaux ont diverses propriétés: ils sont avant tout Viseurs, mais peuvent prendre certaines caractéristiques spécifiques comme "Paralysie", "Mort Subite", "Baisse CG adverse" "Tueur organique".

Lorsque vous lancez une attaque simple, un Anneau Viseur apparaît autour de votre adversaire. Si vous frappez avec RT dans les temps, on vous octroit un "Parfait" qui maximise les dégats donnés. Dans le cas d'un échec, vous obtenez un "Mauvais", et donc des dommages inférieurs, lorsque le timing est à peu près respecté, vous écoperez d'un "Bon". Sachant que les ennemis ont des faiblesses élémentales, qu'il est "obligatoire" d'exploiter, équiper Kaim d'un anneau de Feu me permettra d'augmenter considérablement les dégats sur un monstre typé Vent : "Dégat +". Pour faciliter la chose, vous pouvez à loisir modifier votre équipement en combat, et ainsi, adapter votre Anneau à chaque cas de figure. Sachant que Feu > Vent > Terre > Eau > Feu...

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey

Dernière subtilité, logiquement introduite par le scénario, le rôle des Immortels. En effet, puisque ceux ci ne peuvent mourir, ils ressuciteront automatiquement au bout de quelques tours de combat. De plus ils n'apprennent absolument aucune compétence d'eux-même. Il vous faudra donc utiliser un Mortel (Jansen, Tolten ect), qui apprennent des Arts à chaque cap de niveau, et créer un Lien de compétence avec ces derniers.

Petit exemple:

Tolten possède "Coup Ultime", une attaque surpuissante que je veux apprendre à Seth. Il suffit alors de passer par le Menu "Compétence", de sélectionner "Lien de Compétence", puis de lier Tolten à Satie pour copier le Skill "Coup Ultime". Des lors, une jauge s'affiche : "0/50" PC.

Les PC sont des Points de Compétence, gagnés en fin de bataille et qui permettent à chaque Immortel de faire progresser ses capacités en cours d'apprentissage. Ainsi, quand Seth aura gagné 50 PC, elle apprendra l'abilité de Tolten. Il ne me reste plus qu'à sélectionner "Définir" pour apprendre la Comp à ma guerrière.
Pour compenser leur absence de Techs et maximiser leur pouvoir vis à vis des Mortels, les Immortels peuvent également copier les compétences assignées à un objet. Imaginons que j'équipe Sarah d'un Anti-Paralysie, eh bien, comme auparavant, lorsque elle aura suffisamment de PC, elle obtiendra la compétence liée à l'acccessoire et pourra s'en équiper.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey

Si dans la trame principale, les différences entre Mortels/Immortels ne sont pas énormes, pour les quêtes annexes c'est véritablement autre chose. Pouvoir équiper ces derniers de "Pv Max+" "Barrière Anti Altération", "Persistance", "Barrière Auto", "Deux Sorts" ect, les rend sans conteste supérieurs aux autres intervenants. Les Mortels servant surtout de "réservoirs à techs".

Au delà de &ccecil;a, la progression du jeu est assez linéaire, dans la pure logique des Final Fantasy, à savoir des décors précalculés...et très peu de liberté avant le CD4. Le Level Up est nécessaire mais jamais laborieux: passé un certain niveau "critique", vos protagonistes cesseront tout simplement de gagner de l'expérience, ce qui évite d'être overleveled. Rageant au début de l'aventure, ce système ne tarde pas à faire ses preuves. Il est vrai que la progression est très contrôlée . Au final, passé la petite déception de ne pas réellement découvrir un système de combat totalement nouveau, les affrontements de Lost Odyssey parviennent à devenir étonnamment addictifs et captivent l'attention de part leur côté stratégique. Personne ne sera largué.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey
Graphismes

Sorti en 2008, Lost Odyssey a le mérite de posséder un réalisation de bonne facture, mais qui n'est en rien exeptionnelle, la faute à plusieurs petits problèmes...

Le premier d'entre eux vient des loadings qui sont omniprésents pour passer d'une zone à l'autre. Que ces dernières soient vastes ou extrêmement étroites, rien n'y fait, toujours et toujours des chargements, plus ou moins longs, pouvant aller jusqu'à une dizaine de secondes lors des cinématiques. Le deuxième petit souci vient de l'esthétique générale assez contrastée: la plupart des paysages sont trop quelconques et ternes, avec certaines textures baveuses. Dans l'ensemble, le jeu est beau, mais rien ne transcende ou ne montre qu'on est vraiment sur une Xbox 360, dans les phases de gameplay du moins. Uhra est une ville agréable, mais personne ne restera non plus scotché à son fauteuil. Le bilan est à peu près le même en combat: bien que la modélisation et l'animation des alliés soient exemplaires (petites mimiques lors du choix des commandes, souplesse générale), côté effets graphiques, on est à la limite d'une PS2! Aucun sort, aucune Tech n'est époustouflante, mis à part 3 abilités "spéciales", qui demeurent elles aussi, un peu faibles pour du "Next Gen", on voit très peu de différence entre les Magie Mini et Maxi, et globalement le jeu est assez sobre du côté des effets de lumières.

Conseil, installez le jeu sur DD, puisque qu'avec la Memory Card vous aurez réguilèrement droit à des chutes de framerates terribles en cinématique, principalement sur le 1er CD. Voilà qui est vraiment dommage et assez énervant, faut l'avouer.

Les points forts viennent de la modélisation, exemplaire, surtout lors des cut-scènes, qui impressionne plus d'une fois par son souci permanent du détail et surtout, son réalisme. C'est un vrai régal de regarder de près le visage de nos personnages, tant ils fourmillent d'expressions rendues avec brio. Que ce soit le doute, la tristesse, la joie, tout y est. Bien sûr, la motion capture fait des merveilles à de nombreuses reprises, surtout au niveau des faces, criantes de vérité. Mine de rien, la précision des rêves, la maturité des personnages, leur tempérament réaliste, allié à une modélisation extrêmement fine et fidèle au réel, confère à Lost Odyssey un charme tout particulier, à la fois poétique et anodin. Malgré un character design au départ "douteux" (T.Inoue), personne n'aura de mal à s'attacher aux différents héros, tant ils sont convaincants. Les séquences CG remplissent leur rôle et sont pour la plupart très impressionnantes.
Comme dit un peu plus haut, rien de particulier en combat, les prises de vues sont exellentes mais quelque peu entachées par des effets qui auraient gagnés à être plus travaillés.
La mise en scène générale est de très bonne facture lors des scènes, bien qu'on puisse regretter que les premières heures usent et abusent du "split screen" et de certains plans assez ridicules (caméra au niveau de l'épaule), loins d'être en accord avec l'esprit de l'aventure, qui n'est ni celle d'un dessin animé kawai, ou d'un documentaire...

Enfin, il n'est pas question de -et il n'y pas de quoi- bouder le plaisir de jouer à LO. Graphiquement, &ccecil;a se tient, le travail est là, mais on sent que du côté des finitions, le jeu à été quelque peu baclé, rien de dramatique, encore heureux.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey
Musiques

Nobuo Uematsu se charge de l'OST du jeu de Mistwalker, et ne démérite pas, loin de là. Rappellant quelque peu la bande son de FFX, celle de Lost Odyssey vous fera voyager in-game et en dehors! En effet, le principal avantage des pistes est que la plupart sont très largement appréciables hors contexte, un gage supplémentaire de qualité. Le reproche qu'on peut y faire, vient du nombre de morceaux. Je pense que 4 ou 5 thèmes en plus n'auraient pas été de trop, surtout quand on voit que les donjons du CD3/4 répètent quasiment tous la même musique.
Comme d'accoutumée, voilà les morceaux qui auront de quoi vous faire chavirer:

On commence par les thèmes de combat qui sont tous extrêmement réussis. Fire Above The Battle est le thème qui rythmera vos affrontements tout au long du jeu. Que dire, si ce n'est que l'alliance de piano, violon et des tambours est exellente, brassant mélancolie et dynamisme. Toutefois, les fans reconnaîtront qu'il s'agit in-game d'une version coupée, la forme longue n'était jouée qu'une fois, lors du combat sur le train du troisème CD. Bien que l'on ne comprenne absolument pas la cause de ce raccourci, la piste reste étonnament prenante, et peu répétitive. Il aurait bien évidemment été préférable d'en profiter en intégralité. An ennemy Appears fait son entrée dans les annexes et s'avère assez kitsch, bien qu'un petit passage de guitare électrique s'y avère grisant.

Passons au thème principal des boss, Battle With The Demons, d'une efficacité à toute épreuve, qui dépeint avec exactitude l'intensité de certaines batailles de Lost Odyssey, entre angoisse et acte épique. L'arrivée de la guitare électrique sur la fin du morceau est tout simplement épatante.

Viennent ensuite A Mighty Ennemy Appears et Battle Conditions. Si la première rappelle sans mal certaines compositions de DraQue 8, la seconde est la plus surprenante. Mélangeant habilement guitare électrique et batterie, ce morceau peut se montrer vraiment plaisant, mais on regrettera qu'il s'arrête prématurément, et paradoxalement, au moment où le rythme devient le plus entraînant.
Profitez en bien car vous ne l'entendrez qu'une fois dans la trame, au début du jeu. Ceux qui tenteront les annexes pourront l'écouter 2 fois de plus contre le Roi Kelolon et l'Immortel.

On finit avec Dark Saint, une musique sensationnelle qui rythme un donjon et certains pugilats du CD4 (+fin CD2), là encore, l'osmose Piano/Violon/Guitare fait des merveilles, avec l'arrivée d'un choeur en fin de piste. C'est une des principales réussites de l'OST.

Enfin, Roar Of The Departed Soul le thème de boss final! Autant dire que la piste est atypique, puisqu' elle est chantée -en japonais, of course. Les choeurs qui introduisent la piste sont sublimés par la guitare électrique qui joue un air explosif à partir de la 1ère minute. On peut regretter par la suite, que la mélodie ne grimpe pas plus haut, mais de manière générale, et si on omet la présence du rappeur sur la fin -question de goût- le thème final est sans conteste à la hauteur des attentes.

Pour ce qui est des musiques d'ambiance, globalement rien à redire. Aucune n'est réellement mauvaise, et les ¾ du temps on se laisse sans mal emballer par les mélodies d'Uematsu. On citera Immortal Life, Wohl Highlands, Neverending Journey, Sad Tolten et Parting Forever (deux pistes très émouvantes), A Sign of Hope, Eclipse Of Time, Saman~Town of Merchant, Ruin Of The East, Decision,The Wanderer Of Darkness, Theme Of Seth et enfin What You Are. Je peux vous assurer que dans ce lot, certaines pistes rendraient presque tristes à en pleurer les plus émotifs, lors de certains passages/rêves du jeu.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey
Durée de vie

Lost Odyssey peut se targuerde posséder une trame dont la longueur se situe dans une moyenne "haute": comptez 45 à 50 h pour achever votre périple soit une dizaine d'heures par CD. Certains pourront répliquer que dans ces 45 h se trouvent sans doute quelques phases de level up, notamment grâce à des annexes extrêmement utiles pour avancer sans problème dans l'aventure, mais rien d'excessif. La difficulté du jeu est toutefois en dent de scie: un coup facile (les random battles, le boss de fin....), parfois un peu trop corsée (certains boss du début) et exige des séances de farming, qui sont rarement longues , sauf au disque 4, quand vous êtes enfin libre d'explorer certains lieux secrets! Il y a beaucoup de quêtes optionnelles (une par perso + "le reste"...), de lieux/donjons à découvrir, ce qui garantit une durée de vie totale d'environ 70h.
On trouve peu d'allers-retours, ou de quêtes allongeant de manière très artificielle la durée de vie, du style "Va me chercher ceci, cela...". Les missions sont pensées pour être intéressantes et rapidement complétées.
Les succès sont variés -quoiqu'un peut trop faciles- et leur obtention motivante. Aucun doute là dessus, impossible de s'ennuyer ou de n'avoir rien à faire lorsque l'on se lance dans une partie de Lost Odyssey.

Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey  Test Lost Odyssey

Pour conclure, Lost Odyssey est de ces jeux qui n'impressionnent pas au premier coup d'oeil. Sous des abords classiques et déjà vus, le dernier né de Mistwalker est riche d'une profondeur de jeu étonnante, soulignée par l'intermédiaire de ses nombreuses quêtes annexes et du Millénaire de Rêves. Les moments passés avec Kaim et ses amis sont inoubliables, même les personnages les plus atypiques en deviennent attachants et le joueur est sans cesse submergé par une vague d'émotions lors de la lecture tragique des rêves. Bien sûr, on est loin d'un Xenogears ou d'un Chrono Cross, mais je peux vous garantir, que lorsqu'il s'agit d'être efficace sans trop en faire, Lost Odyssey s'impose comme une référence. A des personnages travaillés s'ajoute une trame principale plus que correcte, qui souffre de quelques légers problèmes de narration, mais qui s'avère au final plaisante. Le principal reproche qu'on adressera à ce nouveau RPG vient de sa qualité graphique, plutôt bonne, mais qui aurait très largement pu être paufinée. Je crois que le bilan est fait !

Points forts
Points faibles
Des personnages diablement attachants, ayant un vécu et des attitudes détaillés.La trame est prenante.
On aurait aimé quelques pistes de plus.
La qualité graphique des cinématiques, bien souvent ahurissante. Les visages de Kaim et cie sont criants de vérité.
La nécessité de faire le 1er donjon optionnel pour comprendre tous les enjeux du scénario . Ceci n'est un défaut que pour les plus fainéants.
Une bande sonore à la hauteur. Uematsu ne faillît pas.
Une qualité graphique pas toujours égale
Le nombre de quêtes annexes, couplé à leur intêret. Les nombreux Succès + DLC.
Un ennemi principal qui aurait gagné à être plus travaillé.
Un Millénaire de rêves, véritable oeuvre, qui suscite chez le joueur bon nombre de sentiments.
La quasi totalité de l'aventure est trop linéaire...
Système de combat prenant, avec quelques innovations.

Test Lost Odyssey
© 2009 - 2015 Universalsoluce.com (anciennement Airpg.fr) | Toute reproduction interdite | Mentions légales